Comment bien gérer les lendemains de cuite

On a (presque) tous déjà eu une expérience désagréable avec l’alcool. Mal à la tête, sensation de malaise, nausées, vomissement après une soirée trop alcoolisée. Et puis alors le lendemain, n’en parlons pas !!!

Mais pourquoi l’alcool est-il donc aussi agréable à boire mais désagréable à cuver ??

Si on commençait par le début ?

 

L’ingestion et le métabolisme de l’alcool

Tout d’abord lorsque l’on ingère l’alcool, il va être responsable d’une augmentation d’acidité dans l’estomac. Ensuite, il va rapidement passer dans le sang, car c’est une toute petite molécule (elle passe partout la fourbe !), et se répandre dans tout l’organisme.

Ce qu’il se passe, c’est que l’alcool va ralentir la conduction nerveuse et donc nos nerfs et neurones seront « au radar » !

Il va également imprégner tous nos organes.

Les effets d’une consommation modérée sont initialement plutôt agréables. Sensation d’euphorie, diminution de la sensation de douleur, désinhibition, bien-être, etc.

etiver une cuite

 

L’alcool baigne l’oreille interne, te fait tourner la tête.

Mais on observe également un ralentissement des capacités cognitives (ralentissement du temps de réaction, réduction du champs visuel, diminution de l’attention). Raison pour laquelle la conduite est interdite à partir de taux d’alcool dans le sang assez faibles.

(J’en profite pour faire une parenthèse…par pitié ne dites plus taux d’alcoolémie. Alcoolémie ça signifie « taux d’alcool dans le sang ». Donc taux d’alcoolémie (qui écorche les oreilles) signifie taux de taux d’alcool dans le sang. On dit « alcoolémie » ou « taux d’alcool dans le sang »…) !

L’alcool, une fois pénétré dans le sang, va baigner tous les organes. Le foie et le cerveau majoritairement mais aussi le cœur, les poumons, les muscles, etc.

souffler dans le balon

 

Si on continue à consommer et que l’on augmente son ALCOOLEMIE, les effets deviennent plus gênants. Humeur changeante (agressivité ou au contraire tristesse, pleurs selon les personnes), torpeur, somnolence, désorientation.

Et à la phase d’alcoolémie massive : amnésie, hypertension artérielle, hypothermie, respiration bruyante, coma parfois profond appelé coma éthylique.

En annexe, je vous met les formules pour calculer rapidement votre alcoolémie en fonction de la quantité d’alcool bu.

Attention, le fait de manger ou pas ne change absolument pas la quantité d’alcool ingéré. Manger en buvant atténue les effets ressentis de l’alcool et diminue la vitesse d’assimilation, mais votre taux d’alcool sera le même que si vous n’aviez pas mangé. « Je peux boire un verre de plus parce que j’ai mangé un burger !! » NOON !!!!

 

L’élimination de l’alcool

 

L’alcool va s’éliminer à une vitesse variable en fonction du métabolisme de chacun. Ainsi, on peut donner comme repère que :

  • un homme élimine 0,10g/L à 0,15 g/L d’alcool par heure (à condition de ne pas re-consommer).
  • une femme élimine 0,08 g/L à 0,10 g/L d’alcool par heure (à condition de ne pas re-consommer).

En très très gros, ça fait 1 verre éliminé par heure passée depuis le dernier verre consommé…

Ces vitesses sont très lentes, mais alors pourquoi ? La réponse est simple mais curieuse.

L’alcool est métabolisé en majorité par le foie (il est d’ailleurs toxique pour ce dernier). Il est évacué ensuite hors de l’organisme mais pas en majorité par le rein comme la plupart des autre substances.

En effet l’alcool est expulsé en grande partie par…le poumon.

L'alcool est éliminé par le poumon

Il est expulsé également par la salive, la sueur et en petite partie par le rein.

Et oui, c’est pour cela qu’on ne fait pas un test urinaire pour dépister l’alcool au volant, on fait souffler dans un ballon.

Or, le poumon, est un très mauvais filtre. Ce n’est pas son rôle à la base.

D’où la lenteur pour récupérer une alcoolémie négative.

 

Gérer les lendemains difficiles (de cuite quoi…)

Alors, qu’est ce qu’il nous reste le matin après une « cuite » ?!

Les souvenirs douloureux d’une soirée de débauche, les amnésies encore plus douloureuses de la même soirée (attends, j’ai pas fait ça ? Elle est où ma voiture ? Pourquoi ça bouge dans le lit à côté de moi???).

Lendemain de cuite

Ahh… La bonne vieille cuite du dimanche matin…

Mais aussi et surtout : un maaaaaal de crâne, des envies de vomir, une sensation de brûlure de l’estomac…

La majorité de ces symptômes sont causés par la déshydratation !

Et oui, boire de l’alcool ne réhydrate pas : au contraire !!

Mon conseil de médecin pour atténuer la gueule de bois :

  1. Au moment de l’alcoolisation, buvez en quantité égale d’eau la quantité d’alcool que vous ingérez. Si je bois 1L de vodka, et bien je bois 1L d’eau !!! (Super la nuit à uriner après).
  2. Le lendemain, hyper-hydratation également. Buvez, buvez, buvez (de l’eau de l’eau de l’eau).

 

Les gros pièges à éviter :

  • J’ai mal à la tête je vais prendre 1g de Paracetamol. Non non non, surtout pas…vous avez déjà surchargé votre foie toute la soirée, ne lui en rajoutez pas une couche le pauvre !!

Vraiment, Hydratation est maîtresse de tout vos maux.

astuce lendemain de cuite

  • Je suis au radar, je vais prendre un café (un thé) pour me réveiller. On évite également !! La caféine est un excitant cellulaire et là votre corps veut se reposer… De plus, la caféine est diurétique, cela veut dire qu’elle fait éliminer l’eau par les reins (fait faire pipi quoi !) or, on le sait maintenant, on chercher à éviter la déshydratation. Préférez plutôt des boissons détox maison, ça vous aidera en plus à passer le temps !
  • Dernier conseil pour la route, avec les effets de la veisalgie (oui oui la gueule de bois, en terme scientifique se nomme « veisalgie »…j’aurais placé mon bon mot!!), on est encore un peu au ralenti et pas complètement d’attaque….Evitez de prévoir une grosse journée de réunion au travail ou une compétition sportive….

En clair, le remède pour une bonne gueule de bois : des litres d’eau devant Netflix avec un plaid et…on attend gentiment que ça passe !!!

A votre santé !

Docteur Flo

P.S : vous avez des astuces pour éviter les lendemains de cuite ? On en parle dans les commentaires !

Annexe – Calcul de l’alcoolémie

 

Pour un homme

La formule est :  (V x T x 0,8 ) / 0,7 x m

ou V = volume d’alcool bu en mL

T = degré d’alcool en pourcentage (pour un verre de vin à 12° le T = 0,12%)

0,8 = densité de l’alcool (c’est une constante physique)

0,7 = coefficient de diffusion pour un homme

m = masse de l’homme en kilogramme

 

Un exemple : un homme de 70 kg boit 2 verres (14cL soit 140mL par verre) de vin rouge à 12 °

(280 * 0,12 * 0,8 ) / 0,7 * 70

= 26,88 / 49

= 0,54

soit 0,54 g d’alcool dans le sang.

Cet homme ne peut donc pas conduire après cette consommation de 2 verres, la limite légale de 0,5g/L est dépassée.

 

Pour une femme

La formule est : ( V x T x 0,8 ) / 0,6 x m

ou V = volume d’alcool bu en mL

T = degré d’alcool en pourcentage (pour un verre de vin à 12° le T = 0,12%)

0,8 = densité de l’alcool (c’est une constante physique)

0,6 = coefficient de diffusion pour un homme

m = masse de la femme en kilogramme

 

Dr Flo
 

>