65

Les meilleurs probiotiques vaginaux

Démangeaisons, pertes, infection urinaire, mycose vaginale, mycose vulvaire, vaginite bactérienne, vaginose, etc. : si tous ces maux ne présentent pas de gros dangers pour notre santé, ils sont particulièrement désagréables, d’autant qu’ils ont la fâcheuse tendance à se rappeler à nous assez fréquemment...

More...

Mais rassurez-vous, vous êtes loin d’être un cas isolé, 1 milliard de femmes dans le monde souffrent d’infections urogénitales, notamment de vaginose bactérienne, d’infection urinaire ou de mycose (source).


Et si l’origine de ces insupportables démangeaisons se trouvait dans notre flore intime et, plus précisément, dans les bactéries qui la composent ?


Des bactéries dans votre vagin ?? Ne faites pas cette tête, en dépit de votre hygiène irréprochable, on n’en doute pas une seconde, sachez que vous avez des millions de bactéries qui peuplent votre intimité (la fameuse “flore vaginale”), et cela pour votre plus grand bien !

lles sont certes un peu moins nombreuses que celles qui ont élu domicile dans votre intestin, mais elles n’en sont pas moins primordiales pour votre santé.​

utérus inquiet probiotique

Ces “bonnes” bactéries, que l’on appelle aussi probiotiques, assurent en effet un équilibre face aux “mauvaises” bactéries, vous prévenant contre les infections et autres maladies qui débarquent là en bas et qui ne sont pas rigolotes du tout…


Souvent sujette aux mycoses ou aux infections vaginales, vous cherchez des traitements efficaces et vous demandez en quoi un probiotique vaginal pourrait vous aider ? On vous explique tout sur ces bactéries qui veulent du bien à votre flore intime et on vous présente les meilleurs probiotiques anti mycose et anti vaginose et vaginite !

Psss : si le sujet des probiotiques vous passionne autant que nous, faites un tour sur notre grand Guide des Probiotiques ! ; )

Probiotique vaginal : notre classement !

meilleure spiruline

Pour les plus pressés d’entre vous, voici le tableau final des meilleurs probiotiques vaginaux sur lequel notre équipe s’est mise d’accord. Pour les autres, vous pourrez prendre connaissance de notre comparatif des probiotiques anti mycoses vulvaires et autres désagrément vaginal plus bas dans l'article. 

Comme on sait que c'est un vrai critère pour nombre d'entre vous, on a organisé ce classement des meilleurs probiotiques pour la flore intime en 2 catégories : les probiotiques vaginaux par voie orale et les probiotiques par voie vaginale (dont, notamment, les fameux tampons probiotiques sur lesquels on nous demande souvent notre avis !). 

Dans la catégorie des probiotiques vaginaux par voie orale :

Probiotique et antibiotique
Aperçu
Notre choix
Garden of Life - Probiotiques Brutes - pour Femmes - 90 capsules végétales (Glace)
Femibion Intime 28 Gélules
Pileje Lactibiane Cnd 5M 40 Gélules
Notre note
9,4/10
8,7/10
8,1/10
Notre avis
Souches
32 souches - 85 milliards d'UFC
2 souches - 1 milliard d'UFC
1 souche - 5 milliards d'UFC
Notre choix
Aperçu
Garden of Life - Probiotiques Brutes - pour Femmes - 90 capsules végétales (Glace)
Notre note
9,4/10
Notre avis
Souches
32 souches - 85 milliards d'UFC
Aperçu
Femibion Intime 28 Gélules
Probiotique
Notre note
8,7/10
Notre avis
Souches
2 souches - 1 milliard d'UFC
Aperçu
Pileje Lactibiane Cnd 5M 40 Gélules
Probiotique
Notre note
8,1/10
Notre avis
Souches
1 souche - 5 milliards d'UFC

Dans la catégorie des probiotiques par voie vaginale :

culotte
Aperçu
Notre choix
Medigyne Gélules Probiotiques 10 Gélules
Gynophilus LP 6 comprimés vaginaux
BactiGyn 5 Capsules Vaginales
Saforelle Florgynal Tampon Probiotique 22 Normal
Notre note
9,1/10
8,7/10
8,3/10
7,8/10
Notre avis
Souches
2 souches - 10 milliards d'UFC
2 souches
6 souches - 1,6 milliard d'UFC
3 souches
Notre choix
Aperçu
Medigyne Gélules Probiotiques 10 Gélules
Probiotique
Notre note
9,1/10
Notre avis
Souches
2 souches - 10 milliards d'UFC
Aperçu
Gynophilus LP 6 comprimés vaginaux
Notre note
8,7/10
Notre avis
Souches
2 souches
Aperçu
BactiGyn 5 Capsules Vaginales
Notre note
8,3/10
Notre avis
Souches
6 souches - 1,6 milliard d'UFC
Aperçu
Saforelle Florgynal Tampon Probiotique 22 Normal
Probiotique
Notre note
7,8/10
Notre avis
Souches
3 souches




Les probiotiques, kézako ?


Les probiotiques sont donc de “bonnes” bactéries vivantes qui viennent rééquilibrer notre flore vaginale, afin de lutter contre leurs congénères moins sympa.

On les connait surtout pour leur action sur notre flore intestinale (notamment contre la constipation, contre le syndrome du côlon irritable, contre la diarrhée ou même pour nous aider à maigrir !).​



Mais les probiotiques jouent également un rôle lorsque notre flore intime se déséquilibre, par exemple du fait :

  • de la prise d’antibiotiques, qui pulvérisent tout sur le passage, bonnes comme mauvaises bactéries
  • d’une toilette intime trop poussée, qui aurait détruit les bons micro-organismes qui peuplent notre vagin
  • de rapports sexuels un poil trop passionnés ; )
  • d’une période de stress ou de fatigue
  • d’une baisse de l’immunité
  • d’un excès de tabac
  • de sous-vêtements inadaptés
  • d’un déséquilibre hormonal, par exemple en période de ménopause ou à cause d’une pilule contraceptive (source)
  • de vos règles, qui sont le signe d'une hausse de de la progestérone et d’une baisse de l’acidité du vagin, ce qui crée un terrain favorable aux mauvaises bactéries (source)

Si les probiotiques gynécologiques ne sont pas les seules à vous aider à lutter contre ces infections, ils sont très utiles pour rééquilibrer les bactéries peuplant votre vagin.

probiotique vaginal clinique


Comment agit un probiotique
sur la flore vaginale ?

En colonisant notre flore intime, les probiotiques combattent les agents pathogènes et permettent ainsi de lutter contre les infections.

Plus précisément, les probiotiques pour la flore vaginale favorisent l’acidité de notre vagin, ce qui a pour effet de faire fuire les mauvaises bactéries.

Ils produisent également de l’hydrogène, ce qui est peu apprécié par les microbes et ils améliorent notre système immunitaire, accentuant les capacités de notre corps à lutter contre les intrus.

L’efficacité des probiotiques contre les infections urinaires et vaginales a été démontré par la science (voir notamment cette étude), de même que leur rôle dans la réduction des symptômes, notamment des démangeaisons (source).

Par ailleurs, le rôle des probiotiques gynécologiques pour éviter la récidive en matière de candidose vulvovaginale a été mis en évidence par une étude appelée Candiflore. Les chercheurs expliquent qu’en principe, le taux de rechute, c’est-à-dire de nouvelle candidose dans les 2 mois, est de 60 à 70%. Après la prise de probiotiques par voie vaginale, ce taux de récidive est réduit de moitié et la qualité de vie des patientes est grandement améliorée.

probiotique vaginal fesses


Par ailleurs, en cas de traitement d’une infection urinaire ou vaginale avec des antibiotiques, la prise de probiotiques peut s’avérer très utile pour repeupler la flore vaginale, détruite par les antibiotiques. La recherche a ainsi prouvé que les lactobacilles probiotiques peuvent améliorer l’état des femmes traitées avec des antibiotiques pour une vaginose bactérienne (source).


Il ressort toutefois de ces études qu’un probiotique vaginal ne fonctionnera pas nécessairement de la même façon chez tout le monde et que toutes les personnes souffrant d’infections vaginales ne s’en sortent pas uniquement avec des probiotiques. Néanmoins, cela marche chez beaucoup et, surtout, cela permet de renforcer votre système immunitaire, ce qui est toujours utile en prévention !

Les probiotiques de votre flore vaginale sont donc de bonnes bactéries qui combattent des mauvaises bactéries. C’est assez simple finalement ! Oui mais comment savoir qui sont les bonnes et les mauvaises bactéries ? Patience, on vous explique !




Probiotique, mycose et autres désagréments : qui fait quoi ?

Qui sont ces “mauvaises bactéries”, en fait ?

uterus enervé probiotique

Face aux bonnes bactéries, côté Lumineux de la Force, le côté Obscur est constitué principalement de bactéries et de levures telles que le Candida albicans, dont vous connaissez probablement le nom, qui est à l’origine de 85 à 90% des mycoses vaginales (source).

Cette levure est généralement présente dans notre corps et elle ne cause aucun dommage (elle peut même aider votre digestion). Mais dans certaines situations évoquées plus haut (antibiotiques, mode de vie, dérèglement hormonal, etc.), elle peut développer une infection.


Dans le cas des vaginoses bactériennes, il s’agit souvent de bactéries moins connues, telles que Gardnerella vaginalis ou des bactéries anaérobies.


Quand ces mauvaises bactéries se développent dans notre vagin, cela signifie que les bonnes bactéries ne sont pas assez nombreuses pour les combattre. D’où l’importance d’en introduire de nouvelles !! Et c'est là que les probiotiques anti mycose ou anti infection urinaire interviennent ! 



Et les “bonnes bactéries”, qui sont-elles ?


uterus content probiotique

Si vous nous lisez régulièrement, vous savez qu’en matière de probiotique, tout est affaire de souche. Une souche qui fonctionne contre la constipation ne produira aucun effet sur vos mycoses, et vis versa.

Il est donc primordial de se renseigner sur les souches contenues dans les traitements que l’on achète, pour s’assurer qu’elles auront un effet sur les maux que l’on cherche à traiter.

Surtout, il est important de ne faire confiance qu’aux souches dont les effets ont été prouvés scientifiquement (là aussi, vous savez que l’on met un point d’honneur à ne vous parler que de traitements validés par la science !).

En matière de mycose, de vaginose bactérienne (c’est-à-dire de déséquilibre de la flore vaginale par une bactérie) ou encore de vaginite bactérienne (c’est-à-dire d’inflammation de la flore vaginale d’origine infectieuse), les souches de probiotiques qui peuplent notre flore intime sont principalement des lactobacilles.

On vous les présente un peu plus en détail, pour que vous sachiez lire l'emballage de votre probiotique vaginal et que vous soyez à même de faire le meilleur choix !




Quelles sont les souches de probiotique vaginal efficaces ?


Certaines souches de probiotiques ont démontré leur rôle dans la protection de notre vagin et de sa périphérie, notamment contre la levure Candida albicans ou contre les bactéries responsables des vaginoses. Elles présentent par ailleurs l’avantage de bien se fixer à la paroi vaginale et d'avoir une longue durée de vie dans le vagin, ce qui est primordiale pour qu’elle puisse accomplir leur mission (source).


Souches probiotiques pour maigrir

Lors de votre choix d’un probiotique pour mycose, pour une vaginose ou d’un probiotique pour infection urinaire, vous devez vous assurer qu’il contient les souches ciblant les bons envahisseurs !

  • ​Lactobacillus rhamnosus GR-1, efficace contre les mycoses vaginales causées par Candida albicans (source)
  • ​Lactobacillus reuteri RC-14, qui agit également contre les mycoses vaginales causées par Candida albicans (source)
  • ​Lactobacillus acidophillus, actif contre les vaginoses par levure ou par bactéries (source)
  • ​Lactobacillus crispatus, efficient contre le Candida albicans mais aussi les autres bactéries (source)
  • ​Lactobacillus brevis, efficace contre les vaginites bactériennes (source)
  • Lactobacillus casei rhamnosus Döderleini, qui permet notamment de rétablir la flore intime après la prise d’antibiotiques (source)

Les autres souches de lactobacilles considérées comme des probiotiques efficaces pour la flore intime sont Lactobacillus gasseri, Lactobacillus jensenii, Lactobacillus iners, Lactobacillus plantarum ou encore Lactobacillus salivarius.


De même, les bifidobactéries peuvent être utilisées en cas de mycose ou de vaginite, notamment Bifidobacterium lactis et Bifidobacterium longum.


Le plus efficace en matière de probiotique vaginal, comme pour l’ensemble des probiotiques, est de combiner les souches, pour multiplier leurs effets.

bactéries probiotiques 2

Vous connaissez désormais tout ce qu'il faut savoir sur les souches de probiotique gynécologique efficace contre les désagréments de la flore vaginale. Pour autant, il y a d'autres détails à prendre en compte lorsqu'on cherche un probiotique adapté à sa situation (infection urinaire, mycose, etc.). 



Comment choisir un probiotique pour votre flore intime ?


Il y a plusieurs questions à se poser pour choisir le meilleur probiotique anti mycose, anti vaginose ou encore anti infection urinaire. On vous livre tous nos tuyaux !

femme clin d'oeil


La voie d’administration du probiotique vaginal

Cela revient à poser la question suivante : comment faire en sorte que votre probiotique arrive jusqu’à votre flore vaginale ? En fait, il y a principalement deux façons de faire parvenir les bactéries dans votre vagin :

probiotique vaginal pillule

Par voie orale : dans ce cas, on profite de la proximité entre notre vagin et notre anus car en réalité, les probiotiques arrivent dans notre vagin, après être passés par notre bouche, notre estomac, notre intestin et notre rectum !

Ils parviennent ensuite jusqu’à notre anus et, en sortant la tête dehors, ils n’ont que quelques millimètres à faire pour se retrouver dans notre vagin, espace particulièrement accueillant pour eux (à condition de bien choisir la souche), où ils vont pouvoir se développer.

Étonnant et passionnant, non ?!

Seul bémol : vous l’aurez compris, le trajet jusqu’à notre flore intime est long, sinueux et truffé d’obstacles (notamment à cause des sucs gastriques qui détruisent tout sur leur passage). Il est donc très important que le probiotique vaginal soit particulièrement résistant car les bactéries ne sont efficaces que si elles arrivent vivantes.

Par ailleurs, il ne faut pas utiliser de nettoyants intimes trop puissants, car ils tueraient les bactéries qui font le trajet jusqu’à votre vagin, réduisant à zéro tous vos efforts…

Des études ont toutefois démontré que l’avantage de passer par la voie intestinale est d’interférer avec le processus naturel par lequel les agents pathogènes émergent de l'intestin et montent le long du périnée dans le vagin (source). Bon point pour la voie orale, donc.


culotte

Par voie locale, c’est-à-dire en introduisant le probiotique gynécologique préalablement humidifié directement dans le vagin (on parle alors souvent d’ovule probiotique gynécologique), lui épargnant ainsi la randonnée périlleuse dont on vient de vous parler.

Cette solution nous semble plus efficace, car on est certain que toutes les bactéries arrivent vivantes dans votre vagin, ce qui n’est pas le cas avec un probiotique vaginal par voie orale. 

Elle est toutefois un peu plus contraignante.

En période de règles, il existe aussi des tampons probiotiques mais pour tout vous dire, on n’est pas totalement emballés (mais on y revient et on vous donne notre avis sur les tampons probiotiques Florgynal, pas d'inquiétude !).

tampon probiotique




La souche du probiotique gynécologique


On vous a présenté plus haut les souches de probiotiques ayant prouvé leurs effets en matière de mycose ou de vaginose, concentrez vos recherches sur elles !

souche probiotique


La quantité de bactéries


Quantité bactéries

Nous vous conseillons de privilégier les probiotiques comportant entre 5 et 10 milliards d’UFC (c’est-à-dire de souches par prise) : moins, ça ne suffit pas, plus, c’est inutile !


La viabilité des bactéries


Cela est d’autant plus important lorsque le probiotique anti mycose est pris par voie orale : il faut qu’il parvienne vivant jusqu'à votre vagin ! Assurez-vous donc qu’il est encapsulé ou comprimé de façon à assurer la viabilité des bactéries.

Viabilité probiotique

C’est en général précisé sur la boite, sinon vous pouvez essayer d’en laisser un une nuit dans un verre de lait. Si le lendemain matin le lait est caillé, cela signifie que les bactéries ont tenu la nuit, bon signe ! (une précision toutefois : ce test n'est pas 100% fiable, il dépend en partie de la souche et de la température extérieure : ne jetez donc pas votre boite de probiotiques à la poubelle si le lait ne réagit pas). 



La conservation du probiotique


Certains traitements probiotiques anti mycose doivent être conservés au réfrigérateur, ce qui présente surtout un inconvénient si vous achetez votre probiotique en ligne et qu’il vient de l’autre bout de la planète. Les chances qu’il soit livré dans des conditions de réfrigération garantissant sa viabilité sont assez faibles...



La composition du probiotique vaginal


Une façon d’optimiser l’efficacité de vos bactéries est de bien les entretenir : pour cela, il leur faut des fibres. Celles-ci peuvent être apportées par votre alimentation (fruits et légumes notamment), mais aussi par la symbiose d’un prébiotique et d’un probiotique, les prébiotiques ayant pour rôle de nourrir les probiotiques.


Le laboratoire


fabricant probiotique

Privilégiez les laboratoires bien installés, qui ont en général réalisé de nombreuses recherches sur leurs probiotiques, vous rassurant sur leur efficacité.


Sur la base des ces critères et pour vous aider dans votre choix, nous vous présentons quel probiotique choisir pour votre flore intime.




Les meilleurs Probiotiques vaginaux


Pour vous présenter les probiotiques les plus efficaces contre les mycoses, les vaginites et les vaginoses, il est nécessaire de distinguer ceux pris par voie orale et ceux pris par voie locale, que l’on appelle aussi ovules probiotiques, et enfin les tampons probiotiques, à utiliser pendant les règles.

vagin


Les probiotiques vaginaux par voie orale


Garden of Life Raw Probiotics Women, la star tout-en-un



Ce probiotique américain est notre chouchou, il coche toutes les cases : avec 85 milliards d’UFC (c’est énorme !) et 32 souches différentes, ce traitement n’aide pas seulement à rétablir la flore vaginale mais il agit également sur de nombreux autres tableaux.




Il contient en effet plusieurs souches probiotiques ayant prouvé leurs bienfaits contre les mycoses et autres infections vaginales (notamment Lactobacillus brevis et Lactobacillus Casei), mais également des souches agissant sur l’équilibre intestinale et même le fameux Lactobacillus gasseri (article à venir), dont les effets amaigrissants ont été démontrés scientifiquement !

Il contient également des vitamines, minéraux, antioxydants et enzymes et même des prébiotiques, pour optimiser l’action des bactéries.


Cerise sur le gâteau : tous les ingrédients sont crus (donc plus riches nutritionnellement), sans gluten, sans soja et sans additifs.

Vous l’aurez compris, on ne lui trouve que des avantages ! C'est pour nous le meilleur probitique en prévention des mycoses vaginales, des infections urinaires et de n'importe quel souci gyneco.

Seul bémol peut-être : il est parfait sur le long terme, en prévention, mais on peut trouver plus ciblé en cas de crise.

Les plus

  • Combinaison de 32 souches probiotiques
  • ​85 milliards d’UFC par capsule
  • ​Dont plusieurs souches ayant des effets prouvés scientifiquement
  • ​Probiotique considéré comme efficace contre les troubles vaginaux
  • ​Également efficace contre les troubles intestinaux et le transit
  • ​Contient du L. Gasseri, souche aidant à perdre du poids
  • ​Contient des prébiotiques
  • ​Contient des vitamines, minéraux, antioxydants et enzymes
  • ​100% cru
  • ​Sans gluten, sans soja, sans additif
  • ​Plébiscité par les utilisatrices
  • Pas obligatoire de le conserver au réfrigérateur

Les moins

  • Plus onéreux












Femibion Flore Intime, le probiotique anti mycose français classique



Le probiotique vaginal Femibion Flore Intime est souvent cité lorsque l’on cherche un probiotique contre les mycoses vulvaires et vaginales.

Et pour cause, il contient 2 souches dosées à 1 milliard d’UFC et ayant démontré leurs effets contre les mycoses causé par Candida albicans, à savoir Lactobacillus rhamnosus GR-1 et Lactobacillus reueri RC-14. Il est également efficace contre les autres infections vaginales.



Le fabricant se targue d’ailleurs d’avoir 90% d’utilisatrices satisfaites et on doit avouer que les retours sont effectivement plutôt positifs.

A notre avis, Femibion Flore IntiMe se prend aussi bien en prévention sur le long terme (1 gélule par jour) qu’en période de crise (2 gélules par jour).

Point de vigilance toutefois (soulevé par l'une de nos lectrices que l'on remercie grandement !) : le Femibion contient du dioyde de titane, additif qui fait actuellement l'objet d'études sur des rats et qui serait susceptible d'entraîner des lésions colorectales précancéreuses. On n'a pas encore de retour sur l'Homme (enfin la Femme surtout, en l'occurence !), mais on vous tiendra informés si la recherche avance. 


Les plus

  • Combinaison de 2 souches probiotiques
  • ​Souche dont les effets ont été prouvés par des études
  • Probiotique considéré comme efficace contre les mycoses
  • ​Bon rapport qualité-prix
  • Pas besoin de le conserver au réfrigérateur

Les moins

  • Ne contient pas de prébiotique
  • 1 milliard d’UFC par capsule



Lactibiane Cnd, le probiotique anti-mycose du laboratoire Pileje

On vous a déjà beaucoup parlé des probiotiques Lactibiane, développés par le laboratoire Pileje, valeur sûre française.

Si on les préfère dans le domaine du transit, leur traitement probiotique vaginal n'est pas mal non plus mais ce n'est clairement pas notre coup de coeur. 


Et pour cause : il est formulé à base de Lactobacillus helveticus candisis LA 401 concentré à 5 milliards d'UFC par gélule, qui ne figure pas dans notre classement des meilleures souches pour probiotique vaginal.

Toutefois, il satisfait les utilisatrices qui observent une baisse de leurs démangeaisons et un rétablissement de leur flore intime. Il semble donc faire le job !

Les plus

  • Développé par le laboratoire Pileje, une valeur sûre
  • 5 milliards d’UFC par capsule
  • ​Plébiscité par ses utilisateurs
  • ​Sans lactose et sans gluten
  • ​Bon rapport qualité-prix
  • Pas besoin de le conserver au réfrigérateur

Les moins

  • Souche moins connue dans le domaine des probiotiques vaginaux
  • Pas de prébiotique

Enter your text here...



Les probiotiques vaginaux par voie locale, ou ovules probiotiques


Medigyne de Saforelle, la capsule qui soulage illico !

Medigyne Saforelle

source : Saforelle



Vous l’aurez certainement compris, ce type de probiotique vaginal, souvent qualifié d’ovule probiotique pour mycose, a notre préférence en cas de crise, du fait de son action plus directe. Les probiotiques vaginaux par voie orale nous semble, quant à eux, parfaits pour prévenir les récidives.

Le probiotique Medigyne contient 2 souches dosées à 10 milliards d’UFC : Lactobacillus rhamnosus (PB01TM), efficace contre les mycoses et autres infections vaginales, et Lactobacillus gasseri (article à venir), qui permet de conserver la ligne !


Les utilisateurs ayant donné leur avis sur Medigyne vantent ses mérites et notamment son efficacité dès la première utilisation et sa grande capacité à calmer les démangeaisons. Idéal en cas d’urgence, donc ! La marque affirme d’ailleurs que 80% des patientes sous Medigyne voient leurs symptômes diminuer sous 8 jours et ⅔ n’ont pas de récidive dans les 6 mois (source).

Enfin, on nous demande souvent le prix du Medigyne, sachez que ce probiotique pour mycose jouit d'un très bon rapport qualité-prix !​


Les plus

  • Combinaison de 2 souches probiotiques
  • ​10 milliards d’UFC par capsule
  • ​Souche dont les effets ont été prouvés par des études
  • Probiotique considéré comme efficace contre les mycoses
  • ​Contient du L. Gasseri, efficace dans la perte de poids
  • ​Bon rapport qualité-prix
  • Pas besoin de le conserver au réfrigérateur

Les moins

  • Ne contient pas de prébiotique
  • Surtout adapté aux crises, pas en prévention




Gynophilus LP 6, le probiotique vaginal à libération progressive



Gynophilus LP 6, cet ovule probiotique sans ordonnance (comme tous les autres, d’ailleurs), contient une association de Lactobacillus casei rhamnosus Döderlein, efficace contre les infections vaginales, ainsi que des prébiotiques, qui viennent “nourrir” les probiotiques.

Malgré nos recherches poussées, nous n’avons toutefois pas réussi à trouver le nombre de souches présentes dans chaque ovule probiotique Gynophilus. Pas d'avis à donner donc, mystère !


Gynophilus peut être pris en relai d'un traitement antibiotique local ou en en même temps qu'un traitement antibiotique oral, pour restaurer la flore intime.


La boite ne contient que 6 comprimés mais ils sont à libération prolongée, c'est-à-dire qu’ils agissent pendant 4 jours (le traitement dure donc 20 jours).


Les plus

  • Combinaison de 2 souches probiotiques
  • Souches dont les effets ont été prouvés par des études
  • Probiotique considéré comme efficace contre les infections vaginales
  • Contient un prébiotique
  • Libération prolongée des bactéries
  • Bon rapport qualité-prix
  • Pas besoin de le conserver au réfrigérateur

Les moins

  • Quantité d’UFC inconnue
  • Surtout adapté aux crises, pas en prévention




Mycoress et Bactigyn, les probiotiques ciblés mycose vaginale et vaginose



Ces deux probiotiques vaginaux sont produits par le même fabricant, le laboratoire CDD.

Comme leur nom l’indique, Mycoress est un probiotique adapté aux mycoses vaginales, grâce aux Lactobacillus crispatus, reuteri et rhamnosus ainsi que la bardane, une plante aux propriétés antifongiques et des agents cicatrisants. L’information sur le nombre d’UFC par ovule probiotique n’est toutefois, à notre connaissance, pas disponible.


Bactigyn, quant à lui, est à utiliser en cas de vaginose ou de vaginite, avec 6 souches de probiotiques dont Lactobacillus acidophilus, brevis ou encore plantarum, dosés à 1,6 milliard d’UFC.


Mycoress et Bactigyn sont tous les deux à utiliser après un épisode mycosique ou infectieux, pendant 5 jours.

On nous demande souvent notre avis sur Mycoress et Bactigyn. Là encore, nous comprenons qu’ils sont plus efficaces en cas de crise qu’en prévention. Ce sont donc de bons probiotiques anti mycose mais c'est tout, n'y songez pas en traitement de fond. 

culotte

Les plus

  • Combinaison de 3 à 6 souches probiotiques
  • Souches dont les effets ont été prouvés par des études
  • Probiotiques considérés comme efficace contre les mycoses (Mycoress) et les infections vaginales (Bactigyn)
  • Bon rapport qualité-prix
  • Pas besoin de les conserver au réfrigérateur

Les moins

  • Quantité d’UFC inconnue pour Mycoress
  • Pas de prébiotique
  • Surtout adapté aux crises, pas en prévention

Le Mycoress n'est plus dispo en ce moment.




Les tampons probiotiques Florgynal



Last but not least, place aux fameux tampons probiotiques avec Florgynal !

Comme leur nom l'indique, il s’agit de tampons imprégnés de probiotiques, qui servent à la fois à vous protéger pendant vos règles et à rééquilibrer votre flore vaginale, en agissant directement dans votre vagin.

Ils sont adaptés aux femmes pour qui règles riment souvent avec mycose.


Il n’en existe qu’un à notre connaissance, les tampons probiotiques Florgynal, qui permettent de réduire les inconforts vaginaux ainsi que les odeurs et les irritations et de prévenir les mycoses, principalement celles qui surviennent après les règles.

Les tampons probiotiques Florgynal contiennent 3 souches de probiotiques : Lactobacillus rhamnosus (dont les effets sur la flore vaginale ont été scientifiquement démontrés), Lactobacillus gasseri et Lactobacillus fermentum.


Comme vous vous en doutez probablement, ce type de probiotique pour la flore intime ne peut être utilisé qu’en période de règles, mais est très apprécié des personnes pour qui cette période est propice à l’apparition de mycoses.

Lorsqu'on lit des avis sur les tampons probiotiques Florgynal, on constate que certaines utilisatrices considèrent toutefois qu'ils sont moins efficaces en termes de rétention du flux que des tampons classiques. Mais leur effet anti démangeaisons vaut bien de changer de tampon plus souvent !​

tampons probiotiques



Les plus

  • Combinaison de 3 souches probiotiques
  • ​Dont une souche dont les effets ont été prouvés par des études
  • Probiotique considéré comme efficace contre les mycoses et les infections
  • Deux-en-un : tampon et probiotique

Les moins

  • Quantité d’UFC inconnue
  • Pas de prébiotique
  • Utilisable uniquement pendant les règles
  • Protection moindre qu’avec des tampons classiques, selon certaines utilisatrices




Probiotique et mycose... :
alors, on prend quoi ?


Un probiotique vaginal peut donc vous aider à soigner une mycose, une vaginose ou une vaginite bactérienne, voire une infection urinaire, mais également agir en prévention des récidives et en cas de prise d’antibiotiques, pour éviter que votre flore vaginale (et intestinale, d’ailleurs !) ne soit complètement déséquilibrée.

Vous l'aurez compris, notre avis est qu'un probiotique gynécologique par voie orale est plus adapté en prévention tandis qu'un probiotique par voie vaginale est plus efficace lors des crises.​

maigrir avec probiotiques


Si vous ressentez des démangeaisons, commencez par en parler à votre médecin pour établir un diagnostic et, éventuellement, vous faire prescrire un traitement antibiotique si la situation le justifie puis, dans un second temps, ayez le réflexe probiotique, pour renforcer votre flore vaginale.


Nos chouchous sont, s’agissant des probiotiques vaginaux à prendre par voie orale, le Garden of Life Raw Probiotics Women, le Femibion Flore Intime et le Lactibiane CND (avec un gros coup de coeur pour le 1e !!).


Par voie locale, nous vous conseillons particulièrement le Médygine, le Gynophilus LP 6 et les probiotiques Mycoress et Bactigyn.


Dans la catégorie des tampons probiotiques, le seul que nous connaissons (et qui semble bien remplir son rôle) est le tampon probiotique Florgynal.


Vous avez essayé l’un de ces probiotiques vaginaux et souhaitez partager votre expérience ? Vous avez encore des questions restées sans réponse sur le lien entre probiotique et mycose ?

Venez nous en parler dans les commentaires, pas de tabou ici !!

Aperçu
Notre choix
Garden of Life - Probiotiques Brutes - pour Femmes - 90 capsules végétales (Glace)
Femibion Intime 28 Gélules
Pileje Lactibiane Cnd 5M 40 Gélules
Notre note
9,4/10
8,7/10
8,1/10
Notre avis
Souches
32 souches - 85 milliards d'UFC
2 souches - 1 milliard d'UFC
1 souche - 5 milliards d'UFC
Notre choix
Aperçu
Garden of Life - Probiotiques Brutes - pour Femmes - 90 capsules végétales (Glace)
Notre note
9,4/10
Notre avis
Souches
32 souches - 85 milliards d'UFC
Aperçu
Femibion Intime 28 Gélules
Probiotique
Notre note
8,7/10
Notre avis
Souches
2 souches - 1 milliard d'UFC
Aperçu
Pileje Lactibiane Cnd 5M 40 Gélules
Probiotique
Notre note
8,1/10
Notre avis
Souches
1 souche - 5 milliards d'UFC
Aperçu
Notre choix
Medigyne Gélules Probiotiques 10 Gélules
Gynophilus LP 6 comprimés vaginaux
BactiGyn 5 Capsules Vaginales
Saforelle Florgynal Tampon Probiotique 22 Normal
Notre note
9,1/10
8,7/10
8,3/10
7,8/10
Notre avis
Souches
2 souches - 10 milliards d'UFC
2 souches
6 souches - 1,6 milliard d'UFC
3 souches
Notre choix
Aperçu
Medigyne Gélules Probiotiques 10 Gélules
Probiotique
Notre note
9,1/10
Notre avis
Souches
2 souches - 10 milliards d'UFC
Aperçu
Gynophilus LP 6 comprimés vaginaux
Notre note
8,7/10
Notre avis
Souches
2 souches
Aperçu
BactiGyn 5 Capsules Vaginales
Notre note
8,3/10
Notre avis
Souches
6 souches - 1,6 milliard d'UFC
Aperçu
Saforelle Florgynal Tampon Probiotique 22 Normal
Probiotique
Notre note
7,8/10
Notre avis
Souches
3 souches

Dernière mise à jour le 2019-04-24 / Lien Affilié / Images provenant de l'API Produit Amazon

Laurène
 

Laurène est la co-fondatrice du site Optimyself. Si il y a bien une chose qu'elle aime dans la vie, c'est creuser à fond les sujets qui l'intriguent (surement un reste de son ancienne vie d'avocate !). Elle est passionnée par les médecines douces et est titulaire d'un certificat en naturopathie. Découvrez sa biographie.

  • del dit :

    Bravo pour cet article précis.

  • do dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet excellent article. J’ajouterai cependant que nous sommes soumises à beaucoup de produits toxiques (pesticides, perturbateurs endocriniens et nanoparticules contenus dans notre alimentation et en plus en tant que femmes dans les tampons et produits d’hygiène intime directement en contact avec la muqueuse vaginale qui est si fragile !). Hors, le femibion contient du dioxyde de titane, une nanoparticule qui est à l’étude car potentiellement cancérigène chez les rats (cancer colorectale) et donc en train d’être examinée sur les risques chez l’humain. Pour les tampons, j’ai recommencé à avoir des soucis quand je n’ai plus eu la possibilité d’utiliser la mooncup… Bref, s’introduire des produits chimiques dans le corps et a fortiori dans le vagin, ça n’aide pas pour ce type de problèmes, un point de vigilance en plus à avoir ! Pour ma part, j’utilise des probiotiques bio ou sans additifs nocifs et exit les tampons avec des produits chimiques de synthèse et tout va mieux !

    • Laurène dit :

      Bonjour, merci beaucoup pour ce commentaire très intéressant et que l’on partage à 100% (exit les tampons ici aussi !). Pour le Femibion, on va mettre à jour notre article en ce sens car c’est effectivement un point de vigilance que l’on n’avait pas soulevé. Un grand merci d’avoir attiré notre attention sur ce sujet !, on vient de lire l’étude de l’INRA du coup. A très bientôt.

  • Charlotte dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour votre article, je souffre d’infections vaginales à répétitions et pour tout vous dire, ca devient un enfer. J’ai lu votre article qui m’a donné envie d’essayer les probiotiques pour rétablir l’équilibre de ma flore. J’ai une question concernant mycores et bactigyn : peuvent ils être utilisés ensemble ?

    Merci pour votre réponse et vos recherches.

    Charlotte

    • Laurène dit :

      Bonjour Charlotte,
      Merci beaucoup pour votre message, ça nous touche toujours beaucoup de savoir que l’on peut aider des personnes à améliorer leur quotidien ! Alors pour répondre à votre question, en premier lieu et comme toujours, on vous conseille d’en parler avec votre médecin ou votre naturopathe, eux seuls pourront vous prescrire le traitement adapté à votre situation, après vous avoir ausculté. Pour nous, c’est plus difficile derrière un écran ; )
      Mycoress et Bactigyn ne traitent pas les mêmes symptômes : mycoses pour le 1er (avec irritation) et vaginose / vaginite pour le 2nd (avec pertes). Selon ce que vous observez, l’un sera plus adapté que l’autre. Mais on a coutume de dire que les probiotiques sont de bonnes bactéries et qu’elles ne peuvent pas faire de mal : pas vraiment de risque à prendre les deux donc, a priori. Mais touchez-en deux mots à votre praticien quand même (et donnez nous des nouvelles !).
      A bientôt

  • Candice dit :

    Bonjour et merci pour cet article.
    Connaissez vous le Feminiabiane Flore vaginale dispositif médical (7 comprimés vaginaux à prendre un jour sur deux)? Qu’en pensez-vous?
    Je commence juste, ayant une nouvelle crise, et n’ayant pas trouvé de traitement efficace jusqu’à ce jour concernant des mycoses récidivantes.
    Je ne sais pas si ça sera suffisant pour traiter la crise en elle-me^me, j’essaie…
    Les huiles essentielles soignent bien la crise, mais ça revient malgré tout, tous les deux mois, et malgré la prise de probiotiques oraux (je n’ai pas essayé le garden of life ceci dit à ce jour).
    Le lâcher prise par rapport à tout cela apparaît également comme une piste (càd ne plus rien prendre en prévention…)
    Merci d’avance.

    Candice

    • Laurène dit :

      Bonjour Candice, effectivement, le lâcher prise est parfois la meilleure des solutions, ce genre de soucis pouvant être très lié à du stress ou des facteurs psychologiques… S’agissant des probiotiques, ils ne pourront en principe pas vous faire de mal et peuvent vous aider à rééquilibrer votre flore. Le Feminabiane, plus précisément, est distribué par le laboratoire Pileje que l’on aime beaucoup en matière de probiotiques, et est composé de 100 millions de souches de Lactobacillus plantarum LA901. Ce n’est pas une souche « star » en matière de mycoses mais elle a apparemment des effets intéressants. Ce n’est donc pas notre coup de coeur mais pourquoi pas ! (d’ailleurs si elle fonctionne bien sur vous, on est preneurs de votre retour d’expérience !).
      Quoi qu’il en soit on vous conseille d’en parler également avec votre médecin ou votre naturopathe, eux-seuls pourront vous faire une prescription personnalisée et adaptée à votre situation.
      On espère sincèrement que vous parviendrez à vous soigner, on sait à quel point cela peut pourrir la vie… On vous envoie donc plein de courage et on attend de vos nouvelles !

      • Candice dit :

        Merci bcp!
        Je vous propose de vous tenir au courant de mon test avec feminabiane!
        D’une manière générale, les probiotiques locaux seuls, que ce soit celui -là ou Médigyne par ex, peuvent ils guérir la crise? j’avais tjs entendu, peut-être à tort, qu’ils n’agissaient qu’en prévention.
        Du coup c’est la 1e fois que j’essaie de traiter une crise en ne prenant que ça, on verra bien!
        J’ai vu divers gynéco et naturopathes, mais aucune solution n’a été trouvée à ce jour pour éviter les récidives (huiles essentielles, régime alimentaire, mycokil, candibactin, candiliance, Intima 10, ergyphillus intima, physioflor en local, replens, …).
        J’hésite à présent entre lâcher prise et ne plus rien prendre en prévention et juste traiter les crises, en local, car bien obligée; ou essayer ce fameux probiotique oral dont vous parlez + tous les mois reprendre des probiotiques locaux (feminabiane si ça marche ce mois-ci sur moi- ou médigyne que vous classez en 1er sinon, genre un soir sur deux tous les mois)…
        (l’idéal étant de réussir à faire les deux, les prendre tout en lâchant prise! est ce possible?!).
        Merci encore

        Candice

        • Laurène dit :

          Je pense que l’idéal, c’est effectivement d’essayer d’arrêter de se prendre la tête (j’ai bien dit « essayer », je sais que c’est dur !) et de tester les probiotiques en parallèle. En principe, les probiotiques par voie locale sont efficaces en cas de crise, contrairement à ceux pris par voie orale qui agissent davantage en prévention, pour rééquilibrer la flore.
          On attend de vos nouvelles alors (et on croise les doigts !).

          • Candice dit :

            OK merci
            ça va être à moi de sentir ce qui est le mieux pour moi, c’est aussi pour cela que je ne vois plus de thérapeute.
            Dernière question : si jamais je retourne aux huiles essentielles en local, si jamais les probiotiques en local ne sont pas efficaces, puis je malgré tout prendre les probiotiques en oral?

            Merci

          • Laurène dit :

            Je ne suis pas médecin, mais je ne vois pas pourquoi il y aurait une contre indication ! A bientôt ; )

    • Marianne dit :

      Hello !
      Si ça peut t’aider, je souffre également de mycoses récidivantes depuis environ 9 mois .. Et j’ai appris il y’a seulement un mois comment réellement me guérir, si c’est pas malheureux ça ..
      Si ça t’interesses, j’ai acheté une méthode qui sois disant à marché pour grand nombre de personnes, « La méthode tridimensionnelle ». Cependant, j’étais pas trop ok pour le prix mais j’étais tellement desesperée tu vois .. Et franchement j’y crois, tout y est très bien expliqué et c’est vraiment une méthode sur la durée qui va anéantir tout le candida albicans (sur 6 mois). Pour faire simple, si tu veux que ça parte : Arrêtes les antibiotiques, c’est useless (tout les gynecos que je suis allez voir m’ont en prescris, ça a fait quelque chose sur le coup puis c’est toujours revenu, et ça pour plein de femmes également).Bon et j’ai également testé huile de coco, huiles essentielles.. Ca marche sur le coup mais c’est tout quoi. De plus : Il faut arrêter complètement le sucre, et ça j’avoue ça a été une grosse galère pour moi, mais je me suis rendue compte que ça partait peut être de ça, j’en mangeais beaucoup trop ^^ Puis dans le livre, il y’a toute une liste de produits naturels qu’il faut prendre en alternant, qui sont censés nettoyer l’estomac (vu qu’à ce stade, la mycose est devenue chronique et a envahie l’estomac) comme les cosses de psyllium, les graines de lin, l’acide caprylique etc …
      Puis aussi : renseignes toi sur l’irrigation colonique, c’est essentiel dans la phase de desintoxication !
      Bon courage à toi 🙂

      • Laurène dit :

        Rebonjour Marianne,
        Merci pour ce témoignage super instructif et qui sera très probablement utile à d’autres lectrices.
        On est assez en phase avec cette méthode, on a d’ailleurs écrit plusieurs articles sur ces thèmes (par exemple sur le lien entre antibiotiques et probiotiques https://www.optimyself.com/probiotique-antibiotique/ et sur l’hydrothérapie du côlon, dont on est fan ! https://www.optimyself.com/temoignage-hydrotherapie-colon/). S’agissant du sucre, on est 100% d’accord aussi, c’est la cause de tellement de tracas, on ne pense en général qu’à son impact sur le poids mais il y en a tant d’autres…
        On espère que la méthode va fonctionne pour toi alors, sur le long terme ! A très bientôt; )

        • Marianne dit :

          De base je voulais répondre à une internaute mais ça n’a pas marché ^^’
          J’avais déjà lu tout vos articles avant de publier ce commentaire. Il est vrai que vous êtes très informés sur le sujet, ça fait vraiment plaisir ! Heureusement qu’il existe des sources d’informations comme la votre !

  • Lily dit :

    Article qui n’apparait pas alors que tout le reste de la page est là, les commentaires compris. Faut-il être inscrit pour avoir accès à l’article ??

    • Laurène dit :

      Bonjour Liliane, merci beaucoup, vous nous avez permis d’identifier un bug que nous corrigeons de ce pas. Je vous invite à repasser dans la journée, l’article devrait être visible (croisons les doigts !).
      A bientôt.

    • Laurène dit :

      Pour info tout est corrigé Liliane !

  • Sandrine dit :

    Un grand merci pour la qualité des différents sujets que vous abordez.
    Je les lis avec beaucoup d’intérêt.
    Longue vie à optimyself..

  • Marianne dit :

    Bonjour ! Je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre site et vos articles, vous ne pouvez pas savoir à quel point cela me fait du bien de tomber sur des personnes informées, même plus que tout les gynécologues que je suis allez voir .. Puis on sent la passion dans votre écrit, c’est vraiment agréable et ça me boost un max pour guérir 🙂

    J’avais quelques questions cependant : Ma Naturopathe m’a conseillée de prendre plusieurs probiotiques simultanément pour que ma « mycose » ne s’habitue pas au traitement en quelque sorte. Du style : 1 pendant 20 jours, l’autre pendant 15 jours etc … Qu’en pensez vous ?
    De plus, voici les probiotiques qu’elle m’a conseillée, les connaissiez vous ? ; Symbio d’or du Laboratoire Parinat – Ezgyphlus plus du Labo Nutergia – Bioprotus 7000

    Merci d’avance 🙂

    • Laurène dit :

      Bonjour Marianne,
      Un grand merci pour votre message qui nous va droit au coeur !! (bon, votre gynéco reste très probablement mieux informée et on vous recommande de privilégier ses conseils, mais on est très touchés !).
      S’agissant de l’alternance de plusieurs probiotiques, pourquoi pas en effet, même si pour voir les effets d’un traitement, il est en principe pas mal de le suivre pendant 1 mois.
      Concernant les produits recommandés,le Symbiod’Or n’est pas un probiotique mais un actibiotique, c’est-à-dire que les bactéries ne sont pas vivantes. Esgyphlus et Bioprotus sont bien des probiotiques, plutôt présentés par leurs fabricants comme soignant les soucis de transit (constipation, ballonnements, etc.), mais qui contiennent des souches efficaces en matière vaginale. Donc si votre gynéco vous les a conseillés, c’est probablement qu’ils sont adaptés à votre cas.
      Vous nous tenez au courant des effets ? A bientôt !

      • Marianne dit :

        Re bonjour !
        Concernant les gynécologues .. Je suis atteinte de mycose vaginale depuis Mai dernier et cela fait seulement depuis Janvier que j’ai su comment guérir, puisqu’aucun de gynécologue ne savait comment traiter correctement la chose …
        Je n’ai toujours pas pu acheter les probiotiques du coup, car il me manque le temps pour vraiment me poser pour savoir lesquels choisir .. J’ai cependant acheter un probiotique en pharmacie en attendant de pouvoir me commander les autres. Il s’appelle « Lactibiane », j’imagine que c’est le choix le plus bateau mais bon, j’étais desespérée .. Et ça ne me fait pas grand chose (commencé depuis 9 jours) ^^’ .. Et j’aurais aimé savoir ce qu’était un actibiotique du coup ? Est-ce aussi miraculeux qu’un probiotique ?
        Merci pour votre réponse !

        • Marianne Plasse dit :

          J’aurais également une autre question :
          Est-il plus intéressant pour moi qui ai des récidives depuis plus de 8 mois de prendre des probiotiques qui favorisent la prévention ou les crises .. ? Sachant que mes périodes de mycoses restaient 1 mois avant, partaient 1 mois, et maintenant c’est plutot sur 1 / 2 semaine, repartent 1 semaine etc ..
          Merci 🙂

          • Laurène dit :

            Re Marianne ! Peut-être que vous pouvez essayer d’alterner deux types de traitements : un produit de fond sur le long terme, et des ovules plus ciblées pendant les crises ? Parlez-en à votre pharmacien, il pourra surement vous proposer un combo efficace.

        • Laurène dit :

          Bonjour Marianne,
          Nous ne sommes pas des experts des actibiotiques, c’est un peu un concept « de niche » assez proche des probiotiques mais composé d’actifs LB (souches de probiotiques fermentées donc pas vivantes) dont l’objectif est de consolider la muqueuse intestinale. On ne peut pas trop vous en dire davantage, mais si vous essayez, on est preneurs de votre retour !
          S’agissant de Lactibiane, c’est en effet une valeur sûre en matière de probiotiques (on leur a d’ailleurs consacré un article que vous pouvez lire ici : https://www.optimyself.com/avis-probiotiques-lactibiane/), en revanche on est moins convaincus par leur produit pour la flore vaginale, raison pour laquelle il ne figure pas dans notre classement. Pareil, vous nous direz s’il a finalement des effets sur vous ; )
          A bientôt !

          • Marianne dit :

            Je pense tenter les actibiotiques quand j’en serais un peu plus loin dans mon traitement !
            Cependant j’ai fais mon choix pour commander le Femibion voix orale et les gélules medigyne en cas de crises. Je vous tiendrais au courant, merci pour vos conseils 🙂

  • Laima dit :

    Bonjour!
    Après des problèmes vaginaux de démangeaison, gonflement et hyper-réactivité au slip, à la sueur, et pas de résultats du côté du gynécologue (l’utilisation de la crème Monazol et d’un ovule Monazol a été infernale, handicapante (je ne pouvais plus marcher), sans amélioration, sauf à son arrêt, et frottis vaginal ne présentant aucun résultat anormal), puis récidive des symptômes en fin février début mars, je ne supportais plus. J’ai essayé de me traiter avec de la curcuma et cela soulageait, ainsi que commencé une boite de probiotiques Crispatus pour pallier aux bonnes bactéries que la curcuma pourrait détruire, mais ensuite j’ai appris que la curcuma est alcalinisante; j’ai voulu acidifier pour retourner au PH normal, et donc acheté du savon Gynophillus et une boite de probiotiques Médigyne. Je viens d’en mettre le premier et cela m’a brûlé de plus en plus et les démangeaisons m’empêchent de dormir à l’heure où je vous écris. Est-ce normal? Devrais-je arrêter? En même temps je ne sais plus quoi faire, où me diriger; je suis dans le noir, mais l’idée d’une autre visite (infructueuse et traumatisante) au gynéco me fait trembler.
    Est-ce que c’est l’eau de Paris, trop dure et dont je sens le mauvais effet sur mes mains? …
    Je vous remercie d’avoir un site avec de l’information si étendue et si bien construite, et si précise. C’est un soulagement de savoir qu’il y a quelqu’un d’informé et de prêt à partager ses connaissances – le gynécologue par exemple m’avait prescrit du Monazol sans même faire un test pour voir si cela l’était (je présume que non, vu qu’aucune souche de levures est apparue dans le frottis), et du coup cela a empiré l’état des choses, peut-être en tuant ma flore… En tout cas je vous demande de l’aide car maintenant je ne peux pas marcher très loin sans que mon slip commence à coller et mes lèvres à gonfler; je ne peux pas rester assise longtemps non plus car la peau de ma zone génitale s’irrite; et je ne peux pas dormir (et les rapports sexuels sont source d’angoisse à cause de cette sensation de démangeaison et de brûlure interne).
    Merci.

    • Laurène dit :

      Bonjour Laima,
      Merci pour votre message et votre témoignage, qui illustre à quel point les soucis de flore vaginale peuvent être un enfer… Donc avant toute chose, sachez que l’on compatis sincèrement.
      Hélas, il nous est difficile de vous apporter de l’aide car nous ne sommes pas médecins et en tout état de cause, il est délicat de se prononcer sur Internet. Je comprends toutefois que vous soyez réfractaire à retourner chez votre gynéco si les précédents échanges nous pas été fructueux. Mes conseils seraient donc les suivants : soit essayer de trouver un autre gynéco, plus ouvert, soit aller voir un naturopathe (option privilégiée pour moi !), qui vous fera un bilan de santé global, voir si vous ne souffrez pas d’intolérances voire d’allergies qui provoqueraient ces désagréments, d’un déséquilibre plus général, etc.
      Quoi qu’il en soit, si Médigyne vous provoque d’importants effets secondaires, il semble préférable d’arrêter pour le moment.
      Vous nous tenez au courant ?
      A bientôt et bon courage !

    • Lana dit :

      Bonjour
      Je pense qu il faudrait voir un homéopathe. En principe kroesotum 9ch, 3 granules 3x jour au début pourrait vous aider, mais comme les symptômes sont plus spécifiques, je vous conseille un
      gynéco homéopathe ou homéopathe spécialisé en problèmes féminins.
      Pour inflammations et brûlures, prenez belladonna en 30ch 2 X par jours, de l huile de calendula appliqué sur la vulve pourrait aider…
      Bon courage

      • Laurène dit :

        Bonjour Lana,
        Merci beaucoup pour cette contribution et cette ouverture sur l’homéopathie, très intéressante !
        A bientôt

  • Patricia dit :

    Bonjour Laurène, merci pour cet article et commentaires très intéressants. En ce qui me concerne, je suis ménopausée depuis 10 ou 12 ans et depuis une année voire deux, suite à la baisse d’estrogènes et tous les soucis d’atrophie dû à la méno, j’ai des cystites tous les 3 mois… : antibio unidose, huiles essentielles, et maintenant depuis 2 mois acupuncture. mon médecin m’a prescrit une crème à base d’estradiol que je n’ai pas du tout supportée (douleurs pelviennes). j’aimerai me traiter en prévention avec des probiotiques en ovules et ce sur du long terme. quel produit avec CRISPATUS (si j’ai bien compris) est le mieux. ? dois-je aussi prendre de l’acide-base oral ? Merci de vos conseils

    • Laurène dit :

      Bonjour Patricia,
      Tout d’abord, merci beaucoup pour votre message !
      Concernant les souches à cibler, il y a effectivement le L. Crispatus mais pas uniquement, vous pouvez partir sur toutes celles que l’on cite dans l’article (L. Rahmnosus, Reuteri, Acidophilus, etc.).
      Pour agir en prévention, il me semble que les probiotiques par voie orale sont plus adaptés, ceux par voie vaginale étant plus indiqués en période de crise.
      Je vous conseille bien sûr d’en discuter avec votre gynéco, votre médecin / naturopathe ou votre pharmacien, mais de mon côté, je partirais plus sur un traitement de fond type Garden of Life ou Femibion, pour rétablir votre flore.
      Vous nous tiendrez au courant ? A bientôt !

  • sara dit :

    merciiii beaucoup pour cette article moi je souffre de vaginose à répitition ma question c’est est ce que ces probiotiques n’ont pas d’effet indésirables? est quand les prendres(càd faut faire combien d’episode de vaginose ?) et est ce qu’on peut les prendre sans avis de medecin? quels probiotique a prendre dans mon cas(j’ai 21ans) mercii d’avance

    • Laurène dit :

      Bonjour Sara,
      Alors tout d’abord, on vous conseille toujours d’échanger avec votre médecin lorsqu’il s’agit de votre santé, même pour des produits comme les probiotiques qui sont accessibles sans prescription et a priori sans danger. Mais selon votre condition particulière, il peut exister des contre indications qu’il est préférable de vérifier.
      Ces précautions étant prises, sachez que les probiotiques ne sont rien d’autres que des bactéries déjà présentes dans nos intestins, donc qui sont en principe sans risque. On dit souvent qu’ils ne peuvent faire que du bien !
      Enfin, comme on l’explique dans l’article, on peut choisir de les prendre en prévention, en cure avec un traitement par voie orale en principe, ou pendant les crises, avec plutôt des ovules. Dans votre cas, vous pouvez donc faire une cure pour rétablir votre flore (en piochant par exemple parmi notre classement) et/ou prendre des probiotiques par voie vaginale lors des épisodes de vaginose.
      N’hésitez pas à nous donner des nouvelles en tout cas !

    • Lana dit :

      Bonjour
      Pour les vaginoses, les probiotiques sont à prendre après les règles, pour une cure de 3 à 6 mois.

  • sara dit :

    mercioo laurène mais pourquoi vous avez dit que mon cas est particulier?

    • Laurène dit :

      Ma phrase ne voulait pas dire que votre cas est particulier mais qu’il est toujours préférable d’échanger avec un médecin, seul à même de prendre en compte toutes les particularités de chacun ! J’espère que c’est plus clair !

      • Nana dit :

        Salut laurene,moi j’ai des mycose tous les mois,et c’est désagréable. Je n’ai jamais utilisé des probiotiques,mais j’aimerais essayé, lequel vous me proposé ? Merci

        • Laurène dit :

          Bonjour Nana,
          Toutes nos recommandations figurent dans l’article, notamment dans le tableau de synthèse.En gros, en période de crise, on recommande plutôt les probiotiques par voie locale, et en prévention, les traitements de fond.
          Je vous conseille d’en parler avec votre professionnel de santé (gynéco, généraliste ou naturopathe) pour voir si un produit est plus conseillé dans votre situation particulière. De notre côté, on espère vous aider avec votre classement !
          A très bientôt : )

  • Annick dit :

    Intéressant mais serait-il possible de nous donner non seulement le prix des produits mais ce prix rapporté à la durée du traitement? exemple Garden of Life Raw Probiotics Women, 42€ mais pour combien de temps?

    • Laurène dit :

      Bonjour Annick,
      Nous ne précisions en effet pas le prix sur la durée du traitement, notamment car chacun est libre de suivre sa cure sur la durée qui lui convient.
      S’agissant du Garden of Life, une boite contient 90 gélules donc elle durera 3 mois.
      J’espère avoir répondu à votre question !
      A bientôt ; )

  • Natacha dit :

    Bonjour! Est il dangereux ou mauvais de combiner un probiotique en voie vaginale a 1souche et un probiotique par voie orale contenant d’autres bonnes souches ? Ce, pour reconstituer une flore détruite par un antibiotique. Merci a vous!

    • Laurène dit :

      Bonjour Natacha,
      Hélas nous ne sommes pas habilités pour prodiguer des conseils médicaux donc je vous recommande de vous tourner vers un professionnel de santé pour obtenir une réponse à votre question.
      Toutefois, je peux vous indiquer que les probiotiques sont des produits connus pour être inoffensifs donc sauf cas particulier, il n’y a en principe pas de contre-indication à la prise de ces produits.
      N’hésitez pas à nous tenir informés si vous obtenez une confirmation médicale !
      A bientôt ; )

  • Floriane dit :

    Bonjour,
    J’ai bien lu tout votre article et j’ai cru comprendre a un moment que lorsqu’une commande est faite dans un autre pays cela est déconseillé étant donné le temps qu’il mettra à arriver chez nous et ce ne sera plus vivant.
    Je suis intéressé par le « garden of life, raw probiotics  » d’où vient-il ? Et perd-il de son efficacité durant le voyage entre la livraison et le reçu?
    Merci pour tous ces renseignements.

    Dans l’attente de vous lire je vous souhaite une bonne journée.

    Floriane.

    • Laurène dit :

      Bonjour Floriane,
      En fait c’est gênant pour les produits qui doivent être conservés au frais (par exemple le VSL3 pour le colon irritable), mais ce n’est pas le cas du Garden of Life. Donc pas de problème !
      J’espère que c’est plus clair pour vous.
      A très bientôt !

  • Charlotte dit :

    Bonjour !

    Article super intéressant, je suis partie à la pharmacie avec les bonnes infos ! Première fois que je passe aux probiotiques par voie vaginale, j’avais des comprimés avant… D’où ma question un peu étrange : je sais qu’avec les ovules de mycose, les rapports sexuels sont à éviter. En est-il de même avec les probiotiques vaginaux ? J’ai cherché la réponse dans l’article mais je suis peut-être passée à côté…! J’aimerais éviter de prendre un traitement mais le rendre inefficace dans le même temps surtout.

    Merci d’avance pour votre réponse !

    • Laurène dit :

      Bonjour Charlotte,
      Merci beaucoup pour votre message ! On vous conseille d’en parler avec votre professionnel de santé mais à notre connaissance, pas d’incompatibilité ; )
      A très bientôt !

  • Emilie dit :

    Bonjour,
    Sur la boîte du Femibion il est indiqué que le dosage est de 10 puissance 9 UFC par gélule soit 1 milliard par gélule, et non 10 milliards comme indiqué dans l’article. Le dosage a peut-être changé depuis la rédaction de votre article?

  • Aurélie dit :

    Que pensez-vous de féminabiane Flore vaginale ?

    • Laurène dit :

      Bonjour Aurélie,
      C’est un produit assez récent du laboratoire PiLeJe sur lequel on n’a pas trop de recul mais qu’on a déjà eu l’occasion d’évoquer avec des lectrices (cf. plus bas dans les commentaires).
      En gros, c’est un probiotique par voie vaginale, composé de 100 millions de souches de Lactobacillus plantarum LA901 qui n’est, à notre connaissance, pas une souche « star » en matière de mycoses mais qui a apparemment des effets intéressants.
      Si vous l’utilisez, n’hésitez pas à nous faire un retour sur son efficacité !
      Et dans tous les cas, demandez l’avis de votre médecin ou votre naturopathe avant de vous lancer ; )

  • Lulu_C dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce super article ! Je tente ma chance avec le garden or life (mycoses recidiventes) ! J’en prends 3/jour le matin mais ca me donne des maux de ventre. Pouvez-vous m’indiquer une posologie (nbre/jour et pdt combien de temps ) svp. Merci d’avance a vous.

    • Laurène dit :

      Bonjour Lulu,
      Hélas Garden of Life ne précise pas la posologie à ma connaissance, or il est toujours préférable de suivre les recommandations du fabricant. Mais, d’après les retours que l’on a, une posologie de 3 par jour, de préférence à jeun, parait indiquée. Pour la durée, une boite permet de suivre le traitement pendant 1 mois si vous en prenez 3 par jours, ça parait très bien pour commencer et apprécier si le produit fonctionne sur vous. N’hésitez pas à en parler avec votre professionnel de santé surtout ; )
      A bientôt !

  • Charline dit :

    Je tombe sur votre article par hasard et là c’est une mine d’or d’informations! Je souffre de mycoses récidivantes (merci Candida Albican) depuis 1 an et je n’en peux plus. Je souffrais de la même chose étant plus jeune et j’avais réussi à m’en débarrasser en arrêtant le port de protège-slip (une hérésie quand on y pense) et en changeant de pilule contraceptive. Des années plus tard, après une période très stressante, une hausse de consommation de tabac conséquente et des changements réguliers de partenaires sexuels, rebonjour les mycoses ! J’ai essayé de diminuer le tabac, le sucre, je fonctionne à coup de Monazol ou Econazole mais rien n’y fait. Je ne savais pas vers quels probiotiques me tourner, j’avais testé Lactibiane sur les conseils de ma naturopathe mais sans succès. Mais grâce à vous, j’espère que ça va changer, j’ai très envie d’essayer les probiotiques de la marque américaine… J’ai aussi entendu parler de la marque Candibiotic qui lutte contre la candidose de façon générale, avez vous des retours sur ce produit ? Merci encore pour votre article!!

    • Laurène dit :

      Merci beaucoup pour cet adorable message Charline, on est super heureux d’avoir pu vous aider !

      Concernant Candibiotic, on ne l’a pas testé et on n’a pas de retours dessus, mais au vu de sa composition, il semble très bien ! Ce n’est toutefois pas un probiotique mais un complément plus large qui contient, en plus des bactéries (notamment ​Lactobacillus rhamnosus, mais pas la même souche que celle que l’on a étudié), plein d’ingrédients naturels. Je ne connais pas leurs effets sur la candidose donc je ne peux pas en parler mais on a étudié en détail la spiruline ou encore la bromélaine (vous pouvez retrouver nos articles sur le site) et il s’agit d’indéniable aliments santé !

      N’hésitez pas à nous donner des nouvelles si vous le testez ; ) A bientôt !

  • Anonyme dit :

    Bonjour, merci pour cet article ! J’ai lu aussi que les probiotiques pouvaient être plus efficaces encore en administration par voie vaginale : savez-vous où s’en procurer ? Grand merci par avance

    • Laurène dit :

      Bonjour,
      Dans notre article, nous distinguons justement entre probiotiques par voie orale et par voie vaginale, vous pouvez donc consulter notre classement des meilleurs probiotiques par voie vaginale, en espérant que vous trouviez votre bonheur !

  • Nina dit :

    Bonjour,
    Votre article est intéressant mais incomplet car en ce qui me concerne, je suis à la recherche de probiotiques pour femmes ménopausées… Irritations et écoulements vaginaux dus à la sècheresse, déséquilibre de la flore due au manque d’oestrogènes, cystites comme dommage collatéral…
    Que pouvez-vous me conseiller ?
    Merci d’avance.

    • Laurène dit :

      Bonjour Nina,
      Désolée que vous n’ayez pas trouvé une réponse à vos questions dans notre article. Je pense toutefois que les produits par voie orale peuvent tout à fait répondre à vos besoins. Pour un traitement plus spécifique, on vous invite à en discuter avec votre gynéco – ou un naturopathe -, eux seuls pouvant vous prescrire un protocole adapté à votre situation !
      N’hésitez pas à nous donner des nouvelles/

  • Evelyne dit :

    bonjour à toutes, merci pour votre site, très bien fait. je recherche un produit qui hydrate et lubrifie mon vagin, sans perturbateur endocrinien, ni produits toxiques, bio si possible. j’ai 63 ans, je suis plutot végétarienne, pas de viande, je prends régulièrement du Kéfir pour ma flore intestinale, de temps en temps mets une ovule de gynophilus pour le microbiote vaginal, mais cela ne suffit pas vraiment lors de mes rapports. localement je mets un produit qui s’appelle Feminat de Bionops, cela aide localement. je mettais des ovules de cicatridine avec de l’acide hyaluronique qui avaient un bon effet, jusqu’à m’apercevoir que cela contient un perturbateur endocrinien à risque le BHT. j’ai donc arrêté. avez vous quelque chose à me recommander? je vous remercie vivement.
    Evelyne
    PS: je ne souhaite ni publicité et que mon nom reste anomyme svp

    • Laurène dit :

      Bonjour Evelyne,
      Tout d’abord, merci pour votre très gentil message.
      On n’est vraiment pas des spécialistes de ce genre de question, on connait bien les probiotiques mais au-delà, on vous conseille vraiment d’en discuter avec votre gynéco (ou un naturopathe si vous souhaitez une approche plus « naturelle »). De notre côté hélas, on ne peut pas vous aider davantage.
      Mais on espère sincèrement que vous trouverez quelque chose qui vous soulage !!
      PS : pas d’inquiétude, votre nom n’apparait pas, seulement votre prénom ; )

  • Brahim dit :

    Bonjour,
    Svp est ce que les probiotiques par voie orale restaurant la flore vagilnae, si oui par quel mode d’action .
    Merci

  • >