Archive

Category Archives for "Blog"

Les Bénéfices du Yerba Maté

Adeptes de produits sains notamment pour vous aider à perdre du poids ? Si vous ne connaissez pas encore le yerba maté, il est temps de réparer ce fâcheuse lacune ! Encore assez méconnue du grand public, à l’instar du café ou du thé vert, cette boisson originaire d’Amérique du Sud, confectionnée grâce à une infusion de feuilles, a en effet tout à vous apporter (sauf des kilos en plus) !

Du latin Ilex paraguariensis, le yerba maté possède de nombreux bénéfices pour notre santé et pour la gestion de notre poids.

Pour tout vous dire, on a même troqué ma bonne vieille tasse de café matinale pour du yerba maté et on a tout de suite senti un changement sur notre sommeil.

Pour vous permettre de découvrir cette boisson gorgée de vitamines, d’antioxydants et de minéraux essentiels, nous vous proposons donc une liste des plus exhaustives des bienfaits du yerba maté.

Lire la suite

Bénéfices Figues de barbarie

7 Bénéfices santé de la figue de Barbarie / nopal

La figue de Barbarie, avec son nom poétique et exotique,  nous fait voyager et nous promet des merveilles...! Mais ce cactus mexicain, aussi appelé Nopal, est-il aussi efficace que sa douce sonorité le laisse paraitre ? 

En effet, on lui prête bien des pouvoirs, notamment pour retrouver la ligne, au point qu'on le retrouve dans la composition de plus en plus de brûleurs de graisses et de coupe-faim .

Vous aussi, vous souhaitez savoir ce qui se cache derrière la mystérieuse figue de Barbarie, afin de pouvoir la consommer sans risque et sans déception, soit fraîche (mais le fruit est difficile à trouver en France), soit en comprimés ?

On doit vous avouer que la réponse n'est pas évidente, tant il existe de sources contradictoires et d'avis variables sur les bienfaits du Nopal et notamment sur ses effets amincissants, et surtout peu de références scientifiques.

On a donc creusé le sujet pour dénicher des preuves objectives sur les véritables bienfaits de la figue de Barbarie, en particulier pour savoir si elle peut vraiment vous aider à perdre du poids. On vous partage les 7 principaux bénéfices du Nopal !

benefice figue barbarie nopal
Lire la suite

Le guide des meilleures vitamines de grossesse

Quelques mois avant que je tombe enceinte, j’avais entendu dire qu’il était important de prendre des compléments alimentaires de grossesse avant la conception, pour préparer son corps à accueillir un bébé.

Même si le projet était encore loin pour nous (on était en plein tour du monde !), je me suis laissée tenter par des vitamines prénatales en Californie, paradis des compléments en tout genre vous promettant de vous transformer en déesse / mère parfaite / fitgirl !

Sans le savoir, il semble que j’ai plus que bien boosté mes ovaires, puisque je suis tombée enceinte 2 mois après (et qu’on a dû écourter la fin de notre tour du monde, oups… !).

complément alimentaire grossesse

Vous aussi, vous êtes une pro de l’anticipation et vous souhaitez connaître les meilleures vitamines prénatales à prendre avant de concevoir un bébé ? Ou vous êtes déjà enceinte et vous ne voulez pas perdre de temps avant de vous mettre aux vitamines de grossesse ?

Si vous avez l’habitude de nous lire, vous savez qu’on privilégie toujours une alimentation riche et variée à une supplémentation qui cache de gros déséquilibres.

Pour autant, la grossesse est une période très particulière où on a (sous-entendu vous + votre futur bébé) des besoins très spécifiques que la nourriture, même très équilibrée, a du mal à couvrir.

Le choix d’un complément alimentaire pendant la grossesse est donc loin d’être anodin, car il agit comme un système de sécurité, une assurance que vous couvrirez la totalité de vos besoins et ceux de votre bébé, en plus de tout ce que vous lui apporterez par votre alimentation.

C’est un peu ceinture et bretelles en fait !

On vous partage donc ici tout ce qu’il faut savoir en matière de complément alimentaire pour la grossesse et on vous confie notre top 5 des meilleures vitamines de grossesse !

Lire la suite

Le Guarana fait-il maigrir ?

Le guarana fait-il maigrir ?

Vous connaissez certainement le guarana comme un excitant naturel, présent dans certaines boissons énergisantes. Elles nous ont déjà tous aidé au moins une fois à surmonter un lendemain de fête difficile ou une nuit coupée par les pleurs de bébé !

Mais savez-vous que le guarana aide aussi à maigrir, dans le cadre d’une alimentation équilibrée et d’une pratique sportive régulière ?

S’il est difficile de réussir à maigrir, mieux vaut mettre toutes les chances de notre côté en tentant de trouver des astuces pour nous aider !

La synergie du thé vert et du guarana permettrait d’ailleurs d’optimiser l’effet de ces ingrédients naturels pour maigrir.

Toujours en quête de produits sains pour nous maintenir en forme (vous commencez à nous connaître), nous vous disons tout ce qu’il y a à savoir sur le guarana, ainsi que sur les compléments qu’on peut y associer !

Lire la suite

Le café fait-il maigrir ?

Si vous appréciez le café pour ses propriétés énergisantes qui vous mettent en forme de bon matin, sachez qu’il regorge de bien d’autres atouts !

Vous êtes en quête d’un ingrédient (presque) miraculeux pour maigrir ?

Le café peut être une solution, mais sous réserve d’en consommer une quantité importante pour observer un effet notable sur  vos rondeurs. Toutefois, gare aux excès qui pourraient provoquer plus d’effets négatifs sur votre santé que de bienfaits sur votre ligne…

En cela, le café est un brûleur de graisse paradoxale, à manier avec précaution !

Nous vous livrons donc tout ce qu’il y a à savoir sur l’utilisation du café pour maigrir et où vous pourrez en trouver une dose suffisante (mais raisonnable) pour fondre à vue d’œil !

Ainsi, à la question « le café fait-il maigrir ? », la réponse est sans nul doute OUI, mais sous certaines conditions et précautions que nous vous détaillons.

Lire la suite
1

25 ans d’obésité à travers le monde en infographie

25 ans d’obésité à travers le monde
en infographie

Le 12 juin dernier, le New England Journal of Medicine a publié une étude analysant l’évolution de l’obésité à travers le monde pendant 25 années, de 1990 à 2015. Les données de 195 pays ont été étudiées, apportant des résultats inédits sur l’augmentation constante de l’obésité et du surpoids partout sur le globe.

Pour les moins calés d’entre nous, sachez que l’obésité correspond à un indice de masse corporelle (le fameux IMC, calculé en divisant le poids (en kg) par la taille (en mètres) au carré) supérieur à 30. Le surpoids, quant à lui, est caractérisé lorsque l’IMC est compris entre 25 et 30.


infographie obésité

Partagez cette infographie sur votre site !


Ce qu'il faut retenir 

Les principaux enseignements de cette étude, que nous résumons dans l’infographie ci-dessus, sont les suivants :

  • L’obésité a augmenté dans la quasi totalité des pays entre 1990 et 2015 et elle a même doublé dans 73 pays entre ces deux dates. Vous imaginez ce qui pourrait se passer d’ici 2040 si on ne prend pas les choses en main, donc…
  • En 2015, 107 millions d’enfants et 603 millions d’adultes étaient en situation d’obésité, soit 711 millions d’obèses à travers le monde, représentant 12% de la population. L’obésité chez les enfants est la plus préoccupante car c’est elle qui s’accroit le plus.
  • 2,2 milliards de personnes sont, quant à elles, en surpoids, ce qui correspond à 30% de la population. Autrement dit, près d’1 humain sur 3 est en surpoids !
  • S’agissant de la réparation hommes-femmes, les femmes sont en général davantage concernées par l’obésité (les chiffres étant bien sûr différents d’un pays sur l’autre), mais le pic d’obésité arrive plus tard chez les femmes (entre 60 et 64 ans) que chez les hommes (entre 50 et 54 ans).
  • En France, plus précisément, 17% des femmes sont obèses, contre 14% des hommes, mais ces Messieurs sont 44% à être en surpoids, contre 27% des Dames.
  • S’agissant des enfants français, ils sont 5% en moyenne en obésité (filles et garçons), et 18% en surpoids (pour les filles) et 14% (pour les garçons).
  • Le pourcentage d'obèses en France semble n'avoir donc guère évolué par rapport à 2012, année de l'étude ObEpi-Roche qui avait recensé 15% d'obèses dans la population française, soit plus que la moyenne mondiale. Cette étude avait toutefois mis en lumière de profondes inégalités sur le territoire français et une vraie fracture Nord-Sud
  • La France ne figure toutefois pas dans le tiercé des pires pays en matière d’obésité : le grand champion est l’Egypte, avec 35% de la population en situation d’obésité. Concernant plus spécifiquement l’obésité infantile, ce sont les Etats-Unis qui arrivent en tête, avec 13% des moins de 20 ans concernés par l’obésité.
  • Ce classement concerne l’obésité en pourcentage de la population. En revanche lorsque l’on compte le nombre d’obèses dans un pays, c’est sans grand étonnement la Chine qui arrive en tête, avec 72,2 millions d’obèses (dont 15,3 millions d’enfants – la Chine étant sur ce terrain talonnée de près par l’Inde, avec 14,4 millions d’enfants obèses).
  • Au contraire, les pays qui se distinguent par leur très faible taux d’obésité sont le Vietnam et le Bangladesh, avec seulement 1% de la population touchée.
  • Si l’obésité est considérée par l’OMS comme une maladie et même un fléau, c’est car elle tue de nombreuses personnes. L’étude révèle ainsi qu’en 2015, 4 millions de personnes sont mortes du fait de leur obésité. Les décès sont majoritairement dus à des maladies cardiovasculaires, dans 70% des cas (soit 2,7 millions de morts), mais aussi à du diabète (0,6 millions de morts) ou encore à des maladies rénales ou à des cancers.
  • Cela représente 7% du nombre de décès toutes causes confondues dans le monde en 2015, la hausse étant de 28% par rapport à 1990.
  • Ce qui est préoccupant, c’est que 39% de ces décès concernent des personnes « simplement » en surpoids, c’est-à-dire dont l’IMC est inférieur à 30. Il n’y a donc pas que l’obésité qui représente un réel danger.
  • S’agissant des maladies liées à l’obésité, l’étude dénombre 120 millions de personnes malades du fait de leur poids, ce qui représente 5% des maladies toutes causes confondues chez l’adulte.
  • Je ne sais pas vous, mais en lisant ces chiffres on comprend d'autant plus l'importance de traiter son obésité en profondeur, en se faisant suivre par des professionnels et pourquoi pas en ayant recours à certains médicaments anti-obésité comme le Xénical par exemple.
  • Enfin, l’étude tente d’identifier les causes de cet accroissement inquiétant de l’obésité. Les chercheurs notent que l’obésité augmentant partout sur la planète, le niveau de vie et la pauvreté ne peuvent plus expliquer à eux seuls cette explosion. Ils pointent tout d’abord l’urbanisation croissante, qui va de pair avec une baisse de l’activité physique, ainsi que, surtout, le changement dans les régimes alimentaires et le style de vie, avec une consommation de plus en plus grande de produits transformés.
  • Une autre étude menée en 2015 par l'Overseas Development Institute avait d’ailleurs révélé que, dans les pays émergents, l’accessibilité des produits transformés ne cesse de croître, leur prix diminuant d’1 à 2 % en moyenne chaque année, tandis que les fruits et légumes sont de plus en plus difficiles à intégrer dans l’alimentation, leur prix augmentant de 2 à 3% par an. Autrement dit, il est bien plus facile (et bon marché) de s’alimenter d’un burger-frites que d’une ratatouille. Inquiétant

Si vous souhaitez lire l’intégralité de l’étude, elle est disponible ici.

Surtout, n’hésitez pas à donner votre point de vue dans les commentaires et à partager cette infographie sur les réseaux sociaux ou sur votre site Internet, il n’y a qu’en parlant le plus possible de cette situation très préoccupante que la courbe pourra s’inverser… !

7

Choisir et organiser son sac à dos pour un tour du monde

Choisir et organiser le contenu de
son sac à dos pour un tour du monde


Mettons les cartes sur table tout de suite : on est très désordonnés. Tous les deux. Quand on part en vacances, notre sac à dos ressemble toujours à un champ de bataille et on passe des heures à tout ranger lorsque l'on repart.


C’est galère, certes, mais cela n’arrive en principe qu’une fois pendant les vacances (ou deux, voire trois fois quand on fait plusieurs étapes, mais jamais plus). Surtout, on part toujours avec beaucoup trop de vêtements (bon OK, surtout moi - Laurène…) que l’on ne porte pas et qui restent en boule au fond du sac.



C’est agaçant aussi mais à la rigueur, ça n’est pas super handicapant, le seul à qui ça pèse un peu (sans mauvais jeu de mot), c’est Alex, qui porte le sac jusqu’à l’aéroport et ensuite de l’aéroport à notre spot de vacances. C’est pas l’Iron Man non plus, hein.

[tcb-script async="" defer="" src="//platform.instagram.com/en_US/embeds.js"][/tcb-script]

Mais quand on a décidé de partir pour 10 mois en changeant tous les jours ou presque de ville et en ne portant qu’un sac à dos chacun, on s’est dit qu’il allait falloir trouver une solution pour ne pas s’entretuer au bout de 2 jours.

S'est alors posée la question fatidique : quel sac à dos pour notre tour du monde ???


On s'est donc mis à la recherche du meilleur sac à dos pour un tour du monde (et même, pour être tout à fait honnêtes, du meilleur sac à dos pour un tour du monde pour femme, car je suis la plus exigeante des deux, avouons-le !). On a lu énormément d’articles sur Internet, on s’est baladé au Vieux Campeur et sur Amazon et je crois pouvoir dire qu’on a trouvé tous les trucs et astuces pour vivre un tour du monde serein et ordonné !

On vous présente donc quels sont, pour nous, les meilleurs sacs à dos pour un tour du monde et on vous partage nos trucs et astuces pour bien organiser le contenu de notre sac à dos en tour du monde (méthode testée et approuvée permettant de changer de lieu en moins de 3 minutes !). ​

Lire la suite

Île du sud de Nouvelle-Zélande : nos coups de coeur (part 2)


Nous revoici pour le dernier épisode consacré à la Nouvelle Zélande, avec la cérémonie des Awards dans le sud de l’île du sud.

Pour retrouver les deux premiers, c’est par ici pour l’île du nord et par là pour la partie nord de l’île du sud.

En effet, on a visité l’île du sud en deux temps : une première partie en voiture et en dormant dans des Airbnb ou en Wwoofing puis une seconde en campervan.

Difficile ici de recourir à notre trois catégories « logement mignon », « kiwi gentil » et « mangeons buvons » car on a toujours dormi et mangé (sauf rares exceptions) dans notre campervan.

On change donc un peu le format mais on y reviendra pour les prochaines destinations, lorsque ce sera opportun !

​Notre itinéraire dans le sud de l'île du sud

Dans le sud de l’île du sud, notre itinéraire a été le suivant :

  • A- Christchurch (le14 février)
  • B- Akaroa (du 14 au 15 février)
  • C- Tekapo (du 15 au 17 février)
  • D- Pukaki (du 17 au 18 février)
  • E- Wanaka (du 18 au 20 février)
  • F- Queenstown (du 20 au 21 février)
  • G- Milford Sounds (du 21 au 23 février)
  • H- Pukaki / Mount Cook (du 23 au 27 février)
  • I- Christchurch (28 février)

On a fait des étapes sur ce parcours pour dormir, il ne s’agit pas de lieux présentant un intérêt fou mais on vous les indiquera quand même pour les bons plans.


Nos coups de coeur dans le sud de l'île du sud

Etape 1 – Christchurch (A)

On a déjà abordé Christchurch dans notre article précédent, on vous invite donc à le relire si cela vous intéresse.

C’est donc à Christchurch que l’on a récupéré notre van (baptisé Jean-Do ; ), loué avec la compagnie Lucky Rentals que l’on a trouvé via le moteur de recherche Getaboutoz. Notre modèle était le Lucky Rookie. C’est l’option la plus bon marché que l’on a trouvé, après BEAUCOUP de recherches. Car il faut savoir que la location d’un van, c’est très cher !

Pour des raisons principalement budgétaires, on n’a pris qu’un petit campervan et non un camping car et vous savez quoi ? C’est largement suffisant ! On ne peut certes pas se tenir debout à l’intérieur mais ça ne nous a pas du tout embêté au quotidien. Sauf si vous êtes très à cheval sur le confort, cette solution nous semble donc bien plus économique et tout à fait convenable pour 15 jours de van. Au delà, j’imagine qu’un peu de confort ne serait pas du luxe.

A ce sujet, la plupart des voyageurs que l’on a rencontré et qui voyageaient plus d’un mois en Nouvelle Zélande avaient fait le choix d’acheter leur van. Certes cela a un coût au départ mais vous le revendez ensuite en général au même prix (voire plus cher si vous l’achetez en hiver et que vous le revendez en été, les prix fluctuant énormément selon les saisons !). Mais il faut avoir un peu de temps devant soit et/ou ne pas avoir un avion à prendre car vous prenez le risque de galérer à le revendre au moment du départ…


Etape 2 – Akaroa (B)

On a pris la route en direction de cette péninsule qui a fait l’objet d’une tentative de colonisation française dans les années 1840 et qui conserve de nombreuses traces de l’influence française, notamment dans les noms des commerces.

C’est vraiment très mignon et ça vaut totalement le détour.

On a dormi dans un camping payant à Pigeon Bay (15 dollars pour le campervan) sur un joli terrain au bord d’un bras d’océan. Qui dit camping payant dit toilettes et lavabos (mais pas douche, n’exagérons pas !).

Petite apparté concernant les campings : le top pour trouver vos emplacements pour la nuit est Campermate (disponible uniquement en appli mobile) et Wikicamp (idem, disponible uniquement depuis un téléphone). Ces applis sont géniales, elles sont disponibles hors connexion et vous donne bien plus que des campings (douches publiques, stations essence, wifi, lieux d’intérêt, etc.). On a surtout utilisé Campermate et c’était super pratique !

Vous pourrez donc facilement trouver notre camping sur Campermate sous le nom Pigeon Bay camping ground ou ici.

On s’est installé alors qu’il faisait nuit et on n’a pas regardé plus que ça le paysage. C’est au réveil que l’on a pris une grande gifle ! Les couleurs et la lumière étaient incroyables, on a adoré ce moment !

On le conseille donc à 100%.


Etape 3 – Lake Tekapo (C)

Sur le chemin vers le lac Tekapo, on s’est arrêté dormir dans un camping gratuit perdu au milieu des collines et des moutons. Rien d’exceptionnel mais une très chouette vue et surtout, c’était gratuit ; )

Vous le trouverez sur Campermate sous le nom Waitohi Bush Reserve ou ici.

On est ensuite arrivé au lac Tekapo et là, Wahou, on en prend plein les yeux. Le bleu du lac est incroyable, c’est hyper calme et serein, idéal pour une sieste ; )

On a dormi dans un camping à 10 dollars sur les bords du lac Mc Gregor, qui longe le lac Tekapo. C’était très bien, super bien agencé, avec des toilettes et des lavabos et une vue incroyable. C’est là qu’on a rencontré un kiné – acupuncture canadien qui a soigné la chevilles d’Alex avec ses aiguilles au bord du lac !!

Vous trouverez le camping sur Campermate sous le nom Lake MacGregor Campsite ou ici.

Il faut aussi savoir que Tekapo est l’un des dix endroits au monde où on voit le plus les étoiles et la voie lactée. On a passé une soirée incroyable à regarder les étoiles, avec une vue panoramique bien plus impressionnante que le meilleur des planétariums. A ne surtout pas manquer !


Etape 4 – Lake Pukaki (D)

On a ensuite retrouvé Marie et Rémi, couple de français qui était avec nous en Wwoofing à Springs Junction, au lac Pukaki.

Alors là, je demande toute votre attention : c’est le bon plan de l’île du sud ! Il y a un freecamp sur les bords du lac qui est absolument à couper le souffle.

On peut au choix se mettre tout au bord du lac (ce qu’on a fait la première fois), pour aller se baigner (et pêcher) dès que l’on met un pied hors du van, ou un peu plus dans les hauteurs, cachés des autres campeurs, avec une vue toute aussi incroyable (ce qu’on a fait la seconde fois).

Méga bon plan, on y est retourné au retour et on y a passé 3 nuits, pour vous dire !

Vous le trouverez sur Campermate sous le nom Lake Pukaki Reserve (attention, il est répertorié dans les campings pour véhicules self contained uniquement mais en réalité, il y a des toilettes sèches et une grande majorité de véhicules non self contained, vous pouvez donc y aller sans crainte !) ou ici.


Etape 5 – Wanaka (E)

On a ensuite filé à Wanaka où on a retrouvé des amis de nos amis d’amis de Christchurch (oui c’est un peu compliqué mais les gens ont été tellement accueillants et généreux avec nous dans ce pays que l’on s’est retrouvés intégrés à plein de familles que l’on ne connaissait pas et qui nous ont traité comme leurs enfants / frères !!).

On a donc rejoint Sam et Alice qui ont notre âge et qui habitent à Wanaka, pour une ballade en jetboat sur le lac de Wanaka (ballade n’est pas vraiment le mot approprié puisqu’on a fait des 360 et des accélérations de maboule, mais passons). On a picniqué avec toute leur famille sur le bord du lac (super spot, on recommande), puis on a dîné et dormi chez eux. Le paradis après plusieurs jours de van !!!

Pas de bon plan camping à Wanaka même donc ; )

On est tombés amoureux de cette ville, qui ressemble un peu à Anneçy en encore mieux : un grand lac où les gens vont se baigner, sur lequel ils font du bateau, autour duquel ils vont picniquer en famille, faire leur footing, promener leur chien, etc.) et dans lequel ils vont se baigner ; des montagnes qui entourent le lac et qui sont accessibles en 15 minutes pour aller skier en hiver ; plein de commerces et surtout, une douceur de vivre incomparable.

C’est aussi à Wanaka que l’on a découvert les glaces Patagonia dont on est devenus complétement addicts (on a même fait des longs détours en van pour elles !). Demandez à Alex de vous parler de la glace dark chocolate / macadamia et vous comprendrez… ; )

On a quitté Wanaka et dormi dans un camping gratuit sur le chemin vers Queenstow. Vous le trouverez sur Campermate sous le nom Bendigo ou ici.

Il est très bien, au bord d’un lac super joli au coucher et au réveil (cf. photos), avec des sanitaires et des lavabos. Attention à arriver tôt cependant, il n’y a pas énormément d’emplacements plats (on a dormi la tête en bas et on ne vous le conseille pas !).


Etape 6 – Queenstown (F)

Queenstown est connue pour être la ville des sensations fortes. Mais c’est aussi une super jolie ville, au bord d’un lac, avec un chouette parc dans lequel se promener.

On a fait un passage obligé chez Ferg Burger pour manger un burger (tout le monde en parle !) et honnêtement, on a été déçus… Est-ce parce qu’on est devenu les rois du burger avec nos barbecue portable dans le van ? ; ) Quoi qu’il en soit, ils étaient incroyables sur le papier et un peu décevant en bouche, ils manquaient de saveur et de subtilité.

En revanche on est retourné chez Patagonia et là… Bonheur !!! Pour info, il y a quatre boutiques Patagonia en Nouvelle Zélande ; une à Wanaka, deux à Queenstown et une à Arrotown.

Queenstown est donc top mais il est quasi impossible d’y dormir en van, sauf à casser son PEL. On est donc allé dormir dans un freecamp sur le chemin vers Milford Sounds. Vous le trouverez sur Campermate sous le nom Lumsden Parking Area ou ici.

C’est un peu plus qu’un parking, il y a des sanitaires, des lavabos et des anciens trains très sympas à côté desquels garer son van. Ce camping gratuit a donc un certain charme et surtout, il est en face de la librairie donc il y a du wifi gratuit !


Etape 7 – Milford Sounds (G)

Que tous ceux qui ont décidé d’aller à Milford Sounds en regardant rapidement sur Google Maps et en se disant « cool, c’est à côté de Queenstown » activent tout de suite la fonction itinéraire de Google Maps.

Car pour accéder à Milford Sounds, il faut faire une immense boucle de près de 5 heures depuis Queenstown (seule route à y aller).

C’est donc très loin et ça coute cher en essence (un van consomme beaucoup) (attention à bien faire le plein à la dernière ville avant Milford, Te Anaud) (faites aussi le plein de nourriture, il n’y a pas de supermarché à Milford Sounds).

Bref, malgré tous ces désavantages, c’est très sympa et très beau à voir. Il s’agit de fjords accessibles en bateau (on a fait la « croisière avec Go Orange, achetée en promo via Bookme et c’était superbe (on a même vu des dauphins !).

On a dormi dans le seul camping de Milford Sounds, très cher mais avec une grande cuisine et des superbes douches chaudes ! C’était donc le moment « luxe » de notre séjour et ça nous a fait du bien. Seul problème : il y a énormément de sandflies là bas, donc on a du rester à l’intérieur le soir, impossible de diner à la belle étoile….

PS : pour ceux qui ne connaissent pas encore les sandflies, attendez d’arriver en Nouvelle Zélande et vous apprendrez très vite ! Pour ceux qui veulent anticiper un peu, lisez ceci et achetez du Bushman !

Donc pour récapituler : Milford Sounds c’est très beau, ça vaut le coup, mais c’est très loin et il n’y a rien à faire sur place d’autre que des randonnées (sympa mais pas dingue pour celle qu’on a faite, à partir de Dumpling Hunt). Après réflexion, si c’était à refaire, pas sûrs qu’on y retournerait


Etape 7 – Pukaki / Mount Cook (H)

Après nos trois jours dans les fjordlands, on rêvait de se poser un peu, de ne rien faire (à part se baigner et pêcher) et de travailler un peu sur le site aussi.

On est donc remonté tranquillement jusqu’au lac Pukaki (en repassant la nuit au camping Bendigo) et on est ensuite resté trois nuits au freencamp de Pukaki. On a alterné boulot, depuis la boulangerie de Twizel où il y a du wifi gratuit et où les serveurs sont super sympas, baignade, pêche et cuisine de bons petits plats sur notre barbecue. Le bonheur !

On est aussi allé faire une rando au Mount Cook, celle qui s’appelle Hooker Valley Glacier Walk et qui est simplement éblouissante !! C’est plus une petite promenade de santé qu’une rando, et on marche au milieu des montagnes, en prenant des ponts suspendus (assez flippants, n’ayant pas peur de le dire !) et on arrive au glacier qui est impressionnant.

On a adoré cette marche de 3h environ et on la recommande à toutes les personnes de passage vers Mount Cook !


Etape 8 – Christchurch (I)

On est ensuite retourné à Christchurch en faisant une halte dans un camping à 15 dollars par nuit à Windwhistle, qui était bien avec des douches chaudes : ) et une cuisine. Vous le trouverez sur Campermate sous le nom Rakaia Gorge Camp ou ici.

On a ensuite dormi pour la dernière nuit chez nos amis d’amis de Christchurch qui nous ont choyé comme des rois !! Le bonheur après ces 15 jours un peu crado, avouons-le !

Et voilà, c’est terminé pour la Nouvelle Zélande, qui nous aura fait rêver et sincèrement émus par ses paysages et sa douceur de vivre.

Attention l’Australie, nous voilà !!


Île du sud de Nouvelle Zélande – nos coups de coeur (partie 1)

Après l’île du nord, on revient pour la cérémonie des Awards du nord de l’île du sud (on découpe en deux l’île du sud, car on fait une partie en voiture + Airbnb et une partie en campervan et on suppose que ce sera assez différent).

Pour ceux qui n’auraient pas lu le premier article, nous vous invitons à le faire ICI, on vous y explique notre parti-pris en matière de blog et notre méthode de sélection pour les Awards ; )

Notre itinéraire dans le nord de l'île du sud​

  • A- Seddon (du 27 au 29 janvier)
  • B- Wakefield (du 29 janvier au 1er février)
  • C- Motueka (du 1er au 3 février)
  • D- Thorpe (du 3 au 5 février)
  • E- Springs Junction (du 5 au 10 février)
  • F- Hanmer Springs (du 10 au 12 février)
  • G- Christchurch (du 12 au 14 février)
Lire la suite

Recette – pain maison sans four !

Pendant notre semaine perdue dans le parc national de Victoria, sans électricité (juste celle de panneaux solaires), sans eau courante (juste l'eau de la rivière), sans téléphone et sans Internet, on a beaucoup cuisiné !

Comme on n'a pas eu beaucoup de chance au niveau de la pêche (cf. nos mésaventures sur Instagram​), on a dû trouver d'autres idées pour contenter nos estomacs.

Chris, notre hôte wwoofer, nous a appris à faire du pain avec les moyens du bord et on s'est tellement régalé qu'on s'est dit qu'on devait partager la recette ici !

Lire la suite