Les Bénéfices de l’acide alpha lïpoique

Vous avez entendu parler de l’acide alpha lipoique (complexe à dire, tout de même !) et de ses nombreux bénéfices pour la santé ? Vous pensez qu’il pourrait être un allié de taille dans votre recherche de perte de poids ?

Nous aussi, cet acide nous a fortement intéressé le mois dernier… Tellement que l’on a décidé de créer un guide sur ses bénéfices et vous allez-voir qu’il est efficace, mais pas forcément là où on l’attendait…


L’acide alpha lipoique en quelques mots

Naturellement présent dans nos cellules, l’acide alpha lipoique, ou ALA, est un composé soufré produit en quantités trop infimes par notre corps pour pouvoir profiter pleinement de ses bénéfices. Si l’on en trouve dans quelques aliments, certains ont plutôt recours à sa forme synthétique, dont la puissance d’effet reste toutefois controversée (source).


Découvrez les bienfaits de l’AAL

Psst : vous êtes convaincus des bienfaits de l’ALA et vous désirez consulter tout de suite les meilleurs produits à base d’acide alpha lipoïque ? Rendez-vous à la fin de l’article pour les découvrir.

1. L’ALA renforce la perte de poids

Ne vous méprenez pas, l’ALA ne fera pas de miracles face aux petits bourrelets si vous n’y mettez pas du vôtre ! Néanmoins, en complément d’un régime adapté, il pourrait donner un petit coup de pouce pour mincir.

perdre du poids

Son action amincissante a notamment été démontrée dans cette étude, conduite sur 77 femmes en surpoids ou en situation d’obésité. L’association d’un régime hypocalorique, soit un ratio inférieur de 30 % des apports énergétiques par rapport aux dépenses, et d’une prise de 300 mg quotidiens durant 10 semaines d’ALA, a démontré une perte de poids plus élevée chez le groupe traité.

Le constat était identique avec une supplémentation de 1200 mg/kg administrés pendant 8 semaines sur 103 personnes ayant un IMC (Indice de masse corporelle en kg/m²) supérieur à 25 (source). Si les participants n’ont rapporté aucun effet indésirable, la perte de poids et la réduction du tour de taille restaient modérés, et le taux de cholestérol et de triglycérides inchangés … Des résultats modestes donc !

Mais les chercheurs n’en sont pas restés là puisque certains ont testé l’ALA pour mincir avec un dosage de 1200 à 1800 mg/kg et par jour, chez des personnes ayant un IMC supérieur à 27.

Cette étude a montré une perte de poids supérieure de 2.1 % chez le groupe traité par rapport à un groupe placebo. Contrairement aux précédentes études, des effets indésirables légers tels que de l’urticaire et une sensation de démangeaison ont été rapportés.

Vous connaissez notre intérêt pour les substituts naturels pour mincir, puisqu’on les a même recensé dans un guide des meilleurs brûleurs de graisse naturels . Sachez qu’on retrouve de l’ALA dans certains d’entre eux, notamment celui qui occupe la première place de notre classement, le fameux PhenQ.

Si, effectivement, l’ALA semble produire un effet sur la perte de poids, soulignons que celui-ci reste modéré et ne se produit qu’associé à un régime personnalisé. Mieux vaut donc ne pas tout miser sur l’ALA pour espérer fondre à vue d’œil !


2. L’ALA favorise la régénération musculaire

Qui dit perte de poids dit (forcément) un minimum d’activité sportive ! Dans ce domaine, comme dans celui de l’alimentation, l’ALA aurait également son rôle à jouer puisqu’il favoriserait la régénération musculaire après l’effort.

regeneration muscle

Si le sport a, certes, des effets on ne peut plus bénéfiques sur notre corps et notre santé, les efforts soutenus entraînent des dommages au niveau de nos muscles, d’où l’intérêt de faire des pauses entre les entraînements pour permettre leur régénération.

Pour booster cette « reconstruction », il a été démontré que la prise préventive de 1200 mg d’ALA, pour cette étude, ou de 500 mg/kg avant et après un exercice soutenu, dans celle-là, participe à la prévention des dommages au niveau de l’ADN musculaire. L’ALA semble donc porter ses fruits !


3. L’ALA aide à lutter contre les inflammations

Le corps n’est pas seulement sujet aux inflammations durant la pratique sportive, mais peut l’être tout au long de la vie, notamment lorsque notre hygiène de vie est douteuse. C’est notamment le cas des personnes en situation d’obésité, dont le risque d’inflammation des tissus cardio-vasculaires est accru.

inflammation

Fort heureusement, la prise d’ALA permet de réduire les taux de marqueurs de risque inflammatoire et le taux de leucocytes (globules blancs marquant la présence d’une inflammation), comme le démontre cette étude menée in vivo.

Une seconde recherche, conduite in vivo aussi, consistait à induire une inflammation dans le tissu adipeux (ou graisseux) de souris.

Un traitement par ALA a permis de réduire l’expression des gènes inflammatoires et de mobiliser les lipides pour contrer cette attaque et stabiliser le tissu adipeux. À la guerre comme à la guerre !


4. L’ALA est un puissant antioxydant

Restons dans la prévention des petits, voire des gros, maux avec la propriété antioxydante reconnue à l’ALA. C’est certainement là l’un des principaux bénéfices à tirer de cet acide (source).

antioxydant vert

Si vous nous lisez régulièrement, vous êtes certainement au point sur ce que sont les actifs antioxydants. Pour les autres, un petit cours de rattrapage s’impose, grâce à l’ALA !

Chaque jour, notre organisme est soumis à des agresseurs tels que la pollution, l’alimentation industrielle ou encore le stress qui altèrent la santé de nos cellules.

Les mis en cause ne sont autres que les radicaux libres induits par le stress oxydatif qui s’attaquent à nos cellules, donc nos organes, et nous exposent à des maladies.

L’ALA serait donc un puissant antioxydant puisqu’il neutralise les radicaux libres, les métaux mais aussi les espèces réactives de l’oxygène (source). Il prévient leur effet toxique en augmentant notamment le niveau de vitamine C et de glutathion dans notre organisme (source).

Cette synergie permet ainsi de protéger la membrane de nos cellules et de lutter contre le stress oxydatif. L’ALA permettrait donc de nous prémunir contre le diabète, la cataracte, le SIDA ou encore les maladies neurodégénératives (source).

Les bénéfices de prendre de l’ALA, vous y croyez maintenant ?


5. L’ALA protège contre les ulcères gastriques

Hormis son rôle dans la prévention de certaines maladies, l’ALA permet également de lutter contre certains processus destructeurs en cours. C’est, par exemple, le cas contre les ulcères gastriques, induit chez des rongeurs dans cette étude.

mal de ventre

Chez ces souris, la prise de 80 mg/kg de poids/jour d’ALA a favorisé la récupération des tissus atteints et limité la destruction cellulaire provoquée. Au-delà de la prévention, l’ALA serait donc une piste de guérison.


6. L’ALA prévient le diabète et ses complications

Si le diabète altère quelque peu la qualité de vie, ses traitements ainsi qu’une hygiène de vie adaptée permettent néanmoins de vivre (presque) normalement.

Petit rappel : le diabète de type 2 se caractérise par un taux de sucre dans le sang, ou glycémie, élevé et par une diminution de la sensibilité à l’insuline, l’hormone censée réguler la glycémie.

diabete

Hormis les traitements par insuline, pour compenser ce dysfonctionnement, certains compléments alimentaires, dont l’ALA, favorisent la sensibilité à l’insuline afin qu’elle soit mieux captée et permette de diminuer l’indice glycémique.

Cette action a notamment été démontrée par cette recherche qui consistait à administrer 600 mg, 1200 mg ou 1800 mg d’ALA par jour à 75 patients atteints de diabète de type 2.

Au-delà du diabète, cette maladie peut entraîner certaines complications telles que des neuropathies se caractérisant par des troubles moteurs et des douleurs musculaires, des rétinopathies qui altèrent la vue et des maladies cardiovasculaires.

Une étude a montré que l’administration couplée d’un traitement à l’insuline et d’ALA durant 4 mois a permis de réduire les effets neurologiques négatifs (douleurs nocturnes, atrophies musculaires, problèmes locomoteurs, paresthésies) de 56.4 %.

diabète

Ces bénéfices du traitement étaient d’autant plus importants que le diabète était bien contrôlé. Des résultats prometteurs quand on sait que près de 50 % des personnes ayant du diabète souffrent de problèmes neuromoteurs.

Les bénéfices de l’ALA chez les diabétiques ne s’arrêtent pas là puisqu’une recherche menée chez des rongeurs a mis en avant son effet protecteur face aux rétinopathies.

Les résultats sont parlants puisque les marqueurs de stress oxydatif au niveau de la rétine se sont stabilisés chez les rats traités, alors qu’ils ont considérablement augmenté dans le groupe non traité.

Enfin, au-delà des contraintes quotidiennes qu’il représente, le diabète expose ceux qui en sont atteints à des maladies cardio-vasculaires. D’après une étude menée chez des adolescents atteints de diabète de type 1, il semblerait que l’ALA améliore le fonctionnement du ventricule gauche cardiaque et prévienne ainsi le développement de maladies cardiaques. Une lueur d’espoir pour des personnes malades, parfois démunies face à leur maladie.


7. L’ALA protège contre le déclin cognitif

Vous oubliez régulièrement où vous posez vos clés ou le nom du dernier restau où vous vous êtes rendu ? Vous voilà angoissé à l’idée de perdre la mémoire et, pire, de développer une maladie neurodégénérative telle que la maladie d’Alzheimer !

Dans un premier temps, rassurez-vous : nos vies trépidantes et à 100 à l’heure conduisent souvent à de l’inattention qui n’aide pas à enregistrer de nouvelles informations. Dans un second temps, une supplémentation en ALA ne sera pas un luxe !

cerveau et nootropiques

L’administration d’ALA à des souris a, en effet, produit plusieurs effets encourageants (source). Ce traitement, durant 2 semaines chez des rongeurs de 18 mois, a notamment entraîné une amélioration des performances dans un test de mémoire.

Mieux encore, les chercheurs ont mesuré une augmentation du taux de glutathion, marqueur reconnu d’une activité antioxydante. L’ALA protègerait donc notre cerveau du stress oxydatif, d’où l’amélioration de son fonctionnement.


8. L’ALA est un protecteur de notre système immunitaire

Grâce à ses propriétés antioxydantes, longuement exposées dans les précédents paragraphes, l’ALA protège notre organisme et notre fonctionnement immunitaire.

Vous nous connaissez, mieux que des suppositions, nous fournissons des preuves de ce que nous avançons !

systeme immunitaire

Cette recherche conduite auprès de 33 patients atteints du SIDA a démontré une augmentation de l’action antioxydante de 60,4 % et une stabilisation voire une amélioration de la prolifération des cellules immunitaires (lymphocytes T) après 6 mois de traitement par 900 mg d’ALA journaliers.

Si l’ALA n’a pas d’impact sur le taux d’infestation par le virus du SIDA, il permet au corps de mieux lutter contre.


9. L’ALA assure une protection contre les éléments toxiques

Les métaux lourds et éléments toxiques font, malheureusement, partie intégrante de notre vie, par l’air pollué que nous respirons ou l’alimentation d’origine « douteuse » que nous consommons.

Pour assainir votre organisme et protéger vos tissus de ces éléments toxiques (mercure, cadmium, cuivre, plomb, etc.), l’ALA est fait pour vous (et pour nous) !

toxines et poisons

Plusieurs études ont recensé cet effet protecteur de l’ALA sur les tissus nerveux (source), les cellules hépatiques (source1 ; source2), ou encore dans le sang (source).

Avis aux fumeurs, l’ALA améliorerait également, certes chez des rats mais à souligner toutefois, les lésions hépatiques et pulmonaires provoquées par la nicotine (source).


10. L’ALA serait un anticancéreux efficace

Le cancer est un fléau face auquel personne n’est à l’abri. Mais plutôt que de se lamenter sur notre sort, trouvons des moyens pour lutter efficacement face à la propagation des cellules cancéreuses.

protection angiogenèse

Vous l’attendiez, nous allons, évidemment, vous parler de l’ALA comme moyen supplémentaire de lutter contre le cancer. Cet acide serait efficace pour prévenir l’apparition de cancers, en bloquant l’initiation et le développement des cellules cancéreuses (source), mais limite également leur propagation en les rendant plus sensibles aux traitements par chimiothérapie (source1 ; source2).


11. L’ALA améliore la qualité du sperme

Si une majorité de couples ne rencontrent aucun problème pour concevoir, certains hommes, atteints d’asthéno-tératospermie, voient ce potentiel diminué par une anomie de leur sperme.

Le nombre de spermatozoïdes mobiles est nettement inférieur à la moyenne et le taux de spermatozoïdes malformés est supérieur.

spermatozoide

Si nous ignorons son mécanisme d’action précis, l’ALA favoriserait la concentration de spermatozoïdes dans le sperme. Une prise de 600 mg/ jour d’ALA durant 12 semaines a pu démontrer cette amélioration de la production du sperme sans, pour autant, de modification de la morphologie ou de la motilité des spermatozoïdes (source).

L’usage d’ALA pour améliorer la fertilité ? Une piste qui pourrait, dès lors, être explorée !


12. Retrouvez une peau de bébé grâce à l’ALA

En plus de notre santé, l’ALA prend soin de notre beauté et nous aide à retrouver la peau lisse et douce de notre plus tendre enfance ! Plusieurs femmes se sont prêtées au jeu d’appliquer un gel ou une crème à base d’ALA (source1 ; source2).

peau

Dès 12 semaines de traitement, l’ALA a permis d’augmenter l’épaisseur dermique et épidermique, protégeant ainsi leur visage des agressions extérieurs. Après 6 mois de traitement, l’ALA a réduit la rugosité de la peau de 50.8 % chez des femmes âgées de plus de 50 ans.

Un zeste d’ALA dans votre crème de jour pourrait donc prévenir les rides et les petites imperfections !


La prise d’ALA présente-elle un danger ?

La plupart des études qui ont servi à documenter cette liste ne rapportent pas d’inconvénients à la prise d’ALA. Néanmoins, il conviendrait de l’utiliser avec parcimonie, au risque de développer un urticaire ou de ressentir des sensations de démangeaisons, qui restent limitées et transitoires (source).

Des doses élevées, de 1200 à 1800 mg, pourraient même provoquer des nausées, des vomissements et des vertiges (source), voire des convulsions réfractaires chez les enfants (source).

attention danger

Notons également qu’il faut demander conseil à votre médecin avant toute prise d’ALA par rapport à son risque d’interaction avec d’autres traitements en cours. Prudence notamment pour les diabétiques dont le traitement à l’insuline est déjà équilibré, l’ALA pourrait faire chuter votre taux de sucre bien plus qu’il ne faut !

Pas d’affolement toutefois, puisque certains chercheurs se sont intéressés aux doses optimales de prise d’ALA (source) et ont conclu qu’une dose de 600 mg/jour présente un rapport bénéfice-risque optimal chez les personnes à risque de stress oxydatif (diabète, maladies neurodégénératives, etc.).


Où acheter le meilleur acide alpha lïpoique ?

L’ALA, comme tout complément alimentaire, peut facilement se trouver sur le net. Nous vous avons d’ailleurs sélectionné quelques produits intéressants.

Si votre objectif principal est de mincir, nous vous conseillons de tester PhenQ (https://www.optimyself.com/phenq-avis/), n°1 de notre sélection de brûleurs de graisse, qui contient de l’ALA.

Pour faire le plein d’ALA, misez sur Healthy Origins, en flacon de 150 capsules dosées à 600 mg d’ALA. Vous obtiendrez ainsi un apport optimal d’ALA pour 5 mois de traitement et une remise en forme méritée.

Vous pourriez également apprécier les capsules de Doctor’s Best. En deux prises de 300 mg par capsule, vous obtiendrez votre dose journalière d’ALA, idéale pour prendre soin de votre santé. Soulignons que ce traitement est 100 % sans additif, donc adapté aux régimes végétariens et vegans.

Avec un emballage très classique, Solgar mise surtout sur la qualité de ses capsules d’ALA, chacune contenant 200 mg d’acide, soit 3 gélules par jour pour atteindre la dose optimale. Ne comptez donc pas sur son flacon de 50 gélules pour suivre des mois de traitement, mais son prix reste abordable.


Finalement l’ALA, qu’en pense-t-on ?

Si les bénéfices de l’ALA sont multiples pour notre santé, cela tient principalement au pouvoir antioxydant de ce principe actif.

S’il n’est pas unique en son genre, puisque son activité est similaire aux autres antioxydants reconnus, l’ALA a tout pour prendre soin de vous.

Soulignons que le nombre d’études qui recensent ses effets bénéfiques est surprenant. De quoi avoir toute confiance en l’ALA !

Pas trop d’ambition toutefois avec les dosages, les plus élevés pouvant entraîner des effets indésirables, notamment chez les enfants. La prise d’ALA doit donc se faire sur conseils de votre médecin traitant, d’autant que les personnes en bonne santé en produisent déjà suffisamment.

Envie de vous lancer ? On vous conseille de tester l’AAL de chez Solgar.

Après vous avoir expliqué dans les moindres détails ce que peut vous apporter l’ALA, place à votre plume ! Faites-nous part de vos impressions sur cette liste, voire de votre expérience avec l’ALA …

Alexis
 

Alexis est le co-fondateur du site Optimyself. Passionné par l'optimisation des performances physiques et cognitives, il passe une grande partie de son temps à tester des nouveaux produits pour peaufiner sa routine personnelle (et en faire profiter les autres !). Découvrez sa biographie.

>